Assurance-emprunteur : les Français sont mal informés !

Partagez

Une étude pointe les difficultés pour choisir son assurance emprunteur...

L'assurance emprunteur n'est pas obligatoire, mais il y a peu de chance que la banque accepte de prêter de l'argent à une personne qui en serait dépourvue. Elle protège l'établissement financier en cas de défaillance de l'emprunteur. Souvent la banque propose elle-même une assurance. Or le gouvernement espère améliorer la concurrence en la matière. Il a pour projet de réformer le crédit à la consommation. Annoncée en 2009, cette réforme comporte un volet sur l'assurance emprunteur.

L'article 17 prévoit que l'emprunteur dans le cadre d'un financement immobilier peut souscrire une assurance auprès de l'assureur de son choix. De plus, l'organisme prêteur ne peut pas refuser en garantie un autre contrat d'assurance emprunteur dès lors que ce contrat présente un niveau de garantie équivalent au contrat d'assurance qu'il propose. Pour Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (GEMA), syndicat professionnel des mutuelles d'assurances, le texte ne fait « qu'entériner une situation de fait ».

Un sondage réalisé par le cabinet d'études Bao France constate que deux tiers des emprunteurs souscrivent l'assurance de leur établissement de crédit. « Les motifs annoncés sont essentiellement la facilité ou la méconnaissance d'une autre possibilité » note Bao France. Le tiers restant est passé à la concurrence pour des « conditions de tarif ».

Sans grande surprise, 91% des personnes interrogées se déclarent favorables à un renforcement de la législation afin de faciliter la concurrence en matière d'assurance emprunteur.

Car les sondés se disent en manque d'information sur la question : seuls 24% ont été informés par leur banque de la possibilité de pouvoir choisir son assureur. Deux tiers l'ont appris par d'autres canaux (amis, médias, Internet...).
Les personnes qui ont choisi l'assurance de leur établissement financier l'ont fait par facilité (43%), par méconnaissance (13%) ou par obligation, la banque ne leur laissant pas le choix (35%).

Méthodologie : « L'étude réalisée a porté sur un échantillon de 290 emprunteurs de moins de 40 ans ayant réalisé leur emprunt immobilier entre 2008 et 2009 et déposé leurs coordonnées sur Internet. Leurs caractéristiques moyennes les rendent proches du profil moyen des emprunteurs français : ils empruntent en couple à 80%, consultent en moyenne 3 banques et réalisent un emprunt de l'ordre de 150 000€ sur 20 ans. »

En savoir plus
>> Dossier spécial sur la réforme de l'assurance emprunteur

 

ARTICLES LES PLUS LUS

1. Pourquoi le prix des "mutuelles" de santé augmente ?

Réseaux Sociaux