Assurance : la marche à suivre en cas de vol à votre domicile

Partagez

En cas de vol à votre domicile, vous devez en premier lieu porter plainte au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie. Ceci effectué, prenez contact avec votre assureur dans les plus brefs délais, moins de deux jours après la découverte du cambriolage (2 jours ouvrés).

Déclaration de vol : la précision favorise une meilleure indemnisation

Envoyez-lui un courrier recommandé avec accusé de réception comprenant le récépissé de votre dépôt de plainte et votre déclaration indiquant votre nom, le numéro de votre contrat, la date et les circonstances précises de l'événement. N'oubliez pas d'y décrire les dégâts engendrés (portes fracturées, fenêtres brisées, etc.) et/ou l'état des objets volés car il avant de prouver la valeur des objets et biens endommagés ou volés, il faut en démontrer l'existence ! Dans la mesure possible essayez de donner une estimation des sommes en cause pour permettre d'évaluer le montant du vol.

« Pour attester de l'existence et de la valeur des biens détruits ou endommagés, tout document peut être pris en considération : factures d'achat et de réparation, actes notariés, expertises ou photographies » précise la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA).

Le rôle de l'expert

En cas de vol ou de vandalisme important, un expert de votre compagnie d'assurances peut se rendre à votre domicilie afin de déterminer les circonstances du vol, d'estimer l'ampleur du préjudice que vous avez subi et surtout son montant.

A retenir Ne vous précipitez pas pour effectuer des travaux de remise en état avant le passage de l'expert, l'évaluation pourrait en être affectée et votre indemnisation amoindrie. Veillez simplement à ce que la situation n'aggrave pas l'état votre logement, notamment en cas de fenêtre brisée ou de porte fracturée.

L'expert peut également vous prodiguer des conseils pour la remise en état et/ou le remplacement des objets volés ou endommagés.

La contre-expertise : comment ça marche

Si vous n'êtes pas d'accord avec l'évaluation effectuée par l'expert désigné par votre assureur, vous avez la possibilité de recourir aux services d'un autre expert. Cette contre-expertise est dans certains contrats prise en charge par l'assurance habitation, vérifiez si le vôtre contient une telle clause. Elle se nomme la garantie "honoraires d'expert". Dans le cas contraire, la contre-expertise sera à votre charge.

L'expert que vous avez nommé et celui de votre assureur établissent ensuite une expertise contradictoire. Si, à l'issue de cette étape, les deux experts restent en désaccord, un troisième est nommé pour le résoudre soit par les 2 experts, soit éventuellement par la justice (tribunal de grande instance). Les frais liés à cette expertise finale sont partagés entre vous et votre assureur.

 

ARTICLES LES PLUS LUS

1. Tarifs, tiers-payant… : ce qui change pour l’assurance en 2017

Réseaux Sociaux