Assurance scolaire : « Protéger son enfant pour une trentaine d’euros par an »


INTERVIEW Chaque rentrée scolaire amène son lot de préparatifs parmi lesquels la souscription d'une assurance scolaire pour ses enfants. Christophe Triquet, fondateur du comparateur en ligne Lecomparateurassurance.com, revient en détail sur cette protection.  

A quoi sert l'assurance scolaire

Toutsurmesfinances.com : L’assurance scolaire est-elle obligatoire ?

Christophe Triquet, fondateur du site Lecomparateurassurance.com : L’assurance scolaire est obligatoire pour toutes les activités dites « facultatives » et elle est facultative pour toutes les activités obligatoires. Si vous vous contentez de mettre votre enfant en classe, elle n’est pas obligatoire. Dans les activités facultatives, il y a des choses aussi simples que la cantine, les sorties au musée ou les nouvelles activités périscolaires. Il faut savoir que si l’enfant fait une sortie scolaire et qu’elle se trouve exclusivement dans les heures de classe habituelles et donc obligatoires, vous n’êtes pas obligé de prendre une assurance scolaire. Pour résumer, pour toutes les heures en dehors du cadre scolaire obligatoire, il faut une assurance, comme l’étude le soir avec le professeur, la garderie, etc.

Que couvre-t-elle ?

Il existe deux volets : le premier est ce que l’on appelle la responsabilité civile de l’enfant, à savoir tous les dommages que votre enfant pourrait causer à autrui, sachant qu’en tant que parent, vous serez tenu responsable. La responsabilité civile couvre votre enfant s’il blesse un camarade ou s’il casse quelque chose dans l’école. Le second volet est la garantie individuelle accident qui assure tous les dommages que votre enfant pourrait se faire à lui-même sans tiers identifié. C’est le plus courant : dans 80% des cas, l’enfant va se blesser lui-même, un petit incident dans la cour de récréation comme une chute. Comme il n’y a pas de responsable en face, la responsabilité civile ne jouera pas et c’est la garantie individuelle qui prend le relai.

« La responsabilité civile seule ne suffit pas »

Et si mon contrat multirisques habitation couvre déjà mon enfant ?

On entend parfois que ça ne vaut pas la peine de souscrire une assurance scolaire parce que c’est inclus dans votre assurance multirisques habitation (MRH). Le volet responsabilité civile est effectivement inclus dans votre MRH mais pas celui individuel accident. Donc si votre enfant participe à une activité facultative à l’école et que l’on vous réclame une assurance, la MRH ne suffit pas. Il faut aussi être en mesure de prouver que votre enfant est assuré au titre des accidents qu’il pourrait créer individuellement.

Je possède un contrat garantie accident de la vie (GAV) en plus de ma MRH. Suis-je obligé de souscrire une assurance scolaire ?

Si vous arrivez à montrer que vous possédez une MRH qui couvre la responsabilité civile de votre enfant et une GAV pour les accidents individuels, vous êtes couvert par rapport aux exigences de la loi. Dans ce cas-là, vous n’avez pas besoin de souscrire une assurance scolaire.

L’assurance scolaire protège-t-elle mon enfant en dehors de l’école, par exemple s’il prend un bus pour se rendre en cours ou s’il exerce un sport ?

C’est à vous de fixer les bornes des garanties. Pour répondre à la demande de certains parents, les assureurs ont commencé à étendre les garanties de l’assurance scolaire en dehors de l’école, comme les activités sportives, les trajets. Ce sont des compléments non obligatoires que vous pouvez choisir de souscrire ou non. Cela relève de l’appréciation du risque de chaque parent.

Les assureurs offrent également des garanties spécifiques aux enfants : par exemple, si votre enfant est victime de harcèlement ou de racket, il bénéficiera d’une assistance psychologique. S’il possède un instrument de musique ou des affaires de sport de valeur, vous pouvez assurer ces objets contre le vol. Ce que je conseille si l’on rapporte le coût modeste de l’assurance scolaire à la valeur de ces objets. Par contre, si les objets en question ont peu de valeur, je ne pense pas que cela soit nécessaire de les assurer. Attention cependant au plafond de remboursement fixé par l’assureur.

« Prendre en compte le coût d’un éventuel ajout de garanties »

Est-ce conseillé de prendre ces garanties en plus ?

Cela dépend de votre jugement face au risque et de vos autres couvertures. Si vous possédez déjà une garantie individuelle accident, vous n’avez pas besoin d’en prendre une supplémentaire si votre enfant fait du sport dans un club. Si vous n’avez pas de complémentaire santé, j’aurais tendance à vous dire de souscrire une assurance scolaire vu son prix modique, qui protègera aussi votre enfant s’il fait du sport par exemple. Il faut aussi prendre en compte le coût d’un éventuel ajout de garanties.

Vous devrez en faire la demande à votre assureur puisque ces garanties ne sont pas incluses automatiquement.

Justement, ces garanties supplémentaires représentent-elles un coût financier important ?

Les assureurs proposent trois ou quatre formules avec plus ou moins de garanties en fonction du périmètre couvert : uniquement à l’école pour les activités facultatives, à l’école plus les trajets et le sport en club par exemple ou 24h/24h. Celle de base avec le minimum de garanties obligatoires va vous coûter environ 10 euros par an et par enfant et cela peut monter jusqu’à 30 euros par an et par enfant pour la formule la plus complète. L’ajout de garanties représente un coût financier de quelques dizaines d’euros par rapport à la formule de base. L’assurance scolaire est donc un bon moyen de protéger ses enfants pour un coût financier qui reste faible.

« Attention aux exclusions pendant les vacances »

Et pendant les vacances, l’assurance scolaire joue-t-elle ?

Cela dépend de la formule souscrite. Si vous avez opté pour la couverture 24h/24h, votre enfant sera assuré même pendant ses vacances. Regardez tout de même attentivement les clauses du contrat et traquez les exclusions : il se peut que le vol de l’instrument de musique ou des affaires de sport ne soit couvert que si ce dernier a lieu dans le cadre de l’activité et non sur la plage.

D’autres points à vérifier avant de souscrire ?

Non, il n’existe pas de pièges particuliers avec l’assurance scolaire. Il faut simplement comparer les formules et ce qu’elles intègrent comme garanties en fonction de ses besoins. N’hésitez pas à faire le tour de deux ou trois assureurs pour voir les différences.

Si mon enfant change d’établissement, ai-je des démarches spécifiques à entreprendre ?

Ce ne sera pas pénalisant si vous ne prévenez pas votre assureur puisque le coût de l’assurance scolaire ne varie pas selon l’établissement, de même qu’il n’y aura pas d’impact sur les indemnisations. Mais mieux vaut le prévenir pour la bonne tenue administrative.

Propos recueillis par Solenne Dimofski