Assurances affinitaires : un label pour rassurer les consommateurs

Partagez

les assurances affinitaires liées aux cartes bancaires

Une association regroupant des assureurs, des courtiers et des distributeurs proposant des garanties liées à une carte bancaire ou à l'achat d'un produit a lancé un label de qualité. Une stratégie qui pourrait ne pas suffire à redonner confiance aux Français à l'égard de ces assurances très controversées.

 

Les acteurs de l'assurance affinitaire sont bien décidés à redorer leur image. Le 11 octobre 2013, la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A), leur association professionnelle, a lancé en grandes pompes son label qualité. La FG2A, qui regroupe 37 membres dont des assureurs (Allianz, MetLife...), des courtiers (SPB, April...) et des distributeurs (Fnac, Décathlon...), espère ainsi restaurer la confiance des consommateurs à l'égard de ces assurances liées à une carte bancaire, à un produit (téléphone portable, électroménager...) ou à un service (voyages, spectacles...).


Si 81% des Français déclarent avoir déjà souscrit de telles garanties, seuls 30% en ont une image positive, selon un sondage réalisé en novembre 2012 auprès de 1.029 personnes par CSA pour le compte de la FG2A. Il est vrai que les assurances affinitaires sont régulièrement épinglées. L'UFC-Que Choisir a publié une étude en décembre 2012 et une autre en juin 2013 dans lesquelles l'association de défense de consommateurs dénonce leur opacité et remet même en cause leur utilité. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a appelé, dans un communiqué diffusé le 5 août 2013, les consommateurs à la vigilance, notamment sur les nombreuses exclusions de garanties intégrées dans ces assurances.

 

Une fiche type

Face à ces attaques, la FG2A a décidé de réagir en mettant en place un label de qualité en partenariat avec l'organisme de contrôle indépendant Bureau Veritas. Pour être « labellisée », une extension de garantie d'un ordinateur ou une assurance annulation d'un billet d'avion devra répondre à pas moins de 30 critères de qualité. Le souscripteur devra notamment disposer d'une fiche récapitulant le produit assuré (téléphone mobile, machine à laver...), les types de garanties proposées (casse, vol...), les contacts utiles en cas de sinistre, le tarif de l'assurance, le délai de rétractation, le niveau de franchise, les conditions de résiliation et enfin, les exclusions de garantie.


Le label est décerné par la FG2A pour 3 ans. Des visites mystères seront organisées par Bureau Veritas pour vérifier la bonne application des critères. En cas de manquement, un comité indépendant, composé de juristes, d'avocats et de spécialistes, décidera des sanctions qui pourront aller jusqu'au retrait du label. Il suffira qu'un seul maillon de la chaîne ne respecte pas les critères pour que le produit perde son label. Une assurance affinitaire se caractérise en effet par l'intervention de plusieurs acteurs qui vont de l'assureur (qui porte le risque), au courtier (qui « package » l'offre), en passant par le distributeur (qui propose la garantie).

 

Un label limité

Compte tenu de cette complexité, seulement « une dizaine d'offres devrait être labellisée à la fin de l'année », reconnaît le président de la FG2A, Patrick Raffort, par ailleurs directeur général de Telincom Courtage. Si FG2A ne sait pas combien d'assurances affinitaires sont susceptibles d'être « labellisables », l'association estime que leur nombre devrait, au final, être limité.


« Compte tenu des nombreux process et des contrôles de Bureau Veritas, la labellisation coûte cher. Une telle démarche n'est pas rentable pour une assurance souscrite par quelques centaines de clients », illustre Patrick Raffort. En définitive, seules les assurances affinitaires proposées par de grandes enseignes pour l'achat de produits à succès, comme les smartphones ou les tablettes, pourraient être labellisées. Pas de quoi rassurer les consommateurs...

 

A lire aussi :

Assurances affinitaires : la DGCCRF appelle à la vigilance

 

Réseaux Sociaux