Catastrophe naturelle : plus de temps pour déclarer les dégâts


Le président de l'Association française de l'assurance (AFA) Bernard Spitz a affirmé au micro de France Info que les assureurs allaient donner plus de marge aux victimes pour leur déclaration de sinistre et que la procédure d'indemnisation serait accélérée dans la majorité des cas.  

Le président de l'Association française de l'assurance Bernard Spitz a annoncé que les assurés auraient plus de temps pour déclarer les dégâts

Se remettre du « chaos ». Après les violentes intempéries qui ont sévi dans le sud de la France (Alpes-Maritimes) dans la nuit de samedi à dimanche, les victimes vont devoir entamer les démarches auprès des compagnies d’assurance.

De son aveu au micro de France Info lundi 5 octobre 2015, le président de l’Association française de l’assurance (AFA) Bernard Spitz a raconté que les dégâts étaient « extrêmement impressionnants. Quand on se balade dans les rues de Cannes, d’Antibes, on voit des chaussées éclatées, des voitures renversées… c’est le chaos dans les rues ».

Le président de l’AFA s’est ainsi déplacé dans les Alpes-Maritimes afin « de coordonner, de parler à tous les acteurs, les assureurs, les élus, les autorités. J’ai voulu m’assurer qu’il y avait sur place un travail collectif afin d’apporter le meilleur service aux assurés », a-t-il indiqué. De son côté, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a également annoncé qu’il rencontrerait ce mardi « la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) ainsi que l’ensemble des administrations concernées afin qu’il puisse être  procédé le plus rapidement à l’indemnisation ».

Afin de laisser le temps aux sinistrés de se remettre de cette catastrophe naturelle, les assureurs ont ainsi décidé d’être plus souples. Pour déclarer un sinistre après la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par le gouvernement, « la loi dit 10 jours. Mais en réalité, les assureurs selon les circonstances, peuvent offrir des tolérances plus grandes. L’AFA se réunit demain [mardi 6 octobre, Ndlr] après-midi et nous prendrons des dispositions pour assouplir le système et donner des marges de liberté plus importantes pour les assurés », a déclaré Bernard Spitz.

Une indemnisation accélérée

Par ailleurs, le président de l’AFA a rappelé le délai de trois de mois pour être indemnisé. Toutefois, là encore, les compagnies d’assurance vont s’efforcer d’accélérer les procédures « dans la majorité des cas ». « Pour les cas les plus complexes, qui nécessitent une analyse et une expertise, on peut imaginer un premier versement puis le versement du solde après le passage des experts », a précisé Bernard Spitz. Ce dernier l’a promis, il n’y aura pas d’indemnisation au rabais parce que la procédure de remboursement sera plus rapide.

L’assureur conseille également aux sinistrés de signaler au plus vite les dommages subis à leur compagnie pour être remboursés au plus tôt ainsi que de prendre un maximum de photos pour ne pas à avoir à attendre le passage de l’expert et pouvoir déjà commencer à déblayer.

>> Pour en savoir sur la marche à suivre auprès de son assureur

 

Le président de la République François Hollande a annoncé que l’état de catastrophe naturelle serait reconnu en Conseil des ministres mercredi 7 octobre. « L’arrêté sera publié le lendemain au Journal Officiel, le jeudi 8 octobre », a précisé Bernard Cazeneuve. De quoi assurer aux victimes une indemnisation à hauteur de leurs pertes matérielles.