Comparateur d’assurances : TATI se lance


Le magasin discount TATI lance un comparateur d'assurances en ligne. C'est sa deuxième tentative d'incursion dans le secteur de l'assurance après l'échec de la commercialisation de produits d'assurances en partenariat avec l'assureur Metlife.

Home-TATI-Assurances

TATI tient à devenir une marque associée à l’assurance. En 2012, le groupe a entrepris la commercialisation de contrats avec l’assureur américain Metlife. Trois ans plus tard, l’enseigne discount abandonne ce marché et lance un comparateur d’assurances en ligne, accessible dès ce jeudi 25 juin 2015 dans sa version d’évaluation avant une version définitive prévue pour septembre prochain.

TATI 2.0

Pour mettre en place son outil de comparaison, le géant des petits prix a fait appel à un spécialiste du secteur, Comparadise. Déjà éditeur de « plusieurs grands comparateurs d’assurances tel qu’Hyperassur », Jérôme Chasques, directeur-général de Comparadise, assure être particulièrement « enthousiasmé d’apporter son savoir-faire au service d’une marque grand public légendaire comme TATI ». Pas de révolution dans la forme de ce comparateur qui analyse pour les particuliers environ 200 offres d’une quarantaine d’assureurs dans les domaines de la santé, de l’habitation et de l’automobile. Pour se démarquer, l’enseigne propose également une revue de contrats d’assurance vie et d’assurances animaux. La marque se rémunérera sous forme de commission forfaitaire par affaire apportée à l’assureur. « C’est le modèle économique classique chez les comparateurs », note Jérôme Chasques. Ce qui signifie que le service est entièrement gratuit pour les utilisateurs.

Le site s’inscrit dans une démarche de digitalisation de la marque entamée en 2011. « TATI poursuit sa transformation et intensifie sa dynamique digitale en apportant avec www.tati-assurances.fr un autre service à ses clients tout en renouvelant la promesse du« fair cost » (au juste prix, Ndlr) appliquée aux produits d’assurance », déclare Emmanuel Deroude, Président-directeur général de TATI. Pour ce faire, TATI a fait appel au CFSA, courtier conseil en solutions affinitaires, qui sera en charge de l’animation et de la gestion du site. « L’idée est de faire vivre au maximum le site de la même manière que tati.fr, en multipliant les opérations commerciales », assure Emmanuel Coutelle, directeur de TATI Assurances et directeur général de CFSA.

>> Assurance auto : un Français sur deux a utilisé un comparateur en 2014

Profiter de la communauté

« Le groupe marge en économisant sur le budget marketing », explique le PDG. Le succès de la marque repose donc sur sa notoriété historique et sur sa forte communauté web. Après avoir glané le titre du meilleur nouveau site E-commerce par la FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance) en 2010, la marque peut se targuer de compter 5 à 6 millions de visiteurs uniques chaque mois. C’est donc chez ces utilisateurs réguliers que l’enseigne compte trouver des clients pour son comparateur. « Sachant qu’en matière d’assurance automobile, les comparateurs ratissent 15% du marché, nous pouvons fixer un objectif similaire sur notre communauté web pour notre comparateur », juge Emmanuel Deroude. Comprenez environ 750.000 utilisateurs espérés (15% de 5 millions) sans se fixer de date précise.

Par ailleurs, TATI compte 270.000 clients titulaires de la carte de fidélité. Des affiliés qui feront figure de cibles prioritaires pour le comparateur. « C’est une carte payante (5 euros par an, ndlr). Il est important de le préciser pour notifier le réel intérêt de ces clients envers TATI », souligne Emmanuel Coutelle.

Bien que la volonté affichée est de toucher les clients habituels de la marque, TATI espère conquérir un nouveau public avec ce comparateur. Dès le mois de septembre, l’enseigne entamera une série d’événements, notamment dans ses magasins, pour promouvoir tati-assurances.fr.

A lire également sur le sujet : 

Assurance : la libre résiliation au bout d’un an en vigueur le 1er janvier 2015

Comparateurs d’assurances : « Un service biaisé pour le consommateur »