La généralisation des « mutuelles d’entreprise » ignorée par 50% des Français


La moitié des Français ne savent pas qu’à compter du 1er janvier 2016, toutes les entreprises devront proposer une « mutuelle » à leurs salariés. Grâce à cette extension introduite par la loi de sécurisation de l’emploi du 14 mai 2013, qui transpose elle-même l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013, près de 5 millions de personnes supplémentaires vont bénéficier en France d’un contrat collectif en complémentaire santé dont une partie sera prise en charge par leur employeur. Si la mesure est importante, 50% des Français n’en ont pas entendu parler, selon une étude réalisée par l’Ifop auprès de plus de 2.000 personnes âgées de 18 ans et plus pour le compte du cabinet Deloitte et présentée le 4 mars 2014.

Une fois expliquée, 78% des sondés jugent qu’il s’agit d’une bonne disposition. Toutefois, 22% y sont opposés, dont 6% de « très défavorables ». « Certains ont peur que les niveaux de remboursement soient trop standardisés », estime Jean-François Poletti, associé conseil Santé chez Deloitte. D’ailleurs, 53% des sondés envisagent de souscrire une « surcomplémentaire » notamment pour prendre en charge les frais dentaires et d’optique. Parmi eux, 25% seraient prêts à débourser entre 15 et 24 euros par mois en plus de leur « mutuelle » d’entreprise. « C’est-à-dire l’équivalent d’un abonnement Internet », illustre Jean-François Poletti.

 

Sur l’actualité des mutuelles santé
Assurance santé : ces mesures qui vont doper les prix
Mutuelles : UFC-Que Choisir pour la suppression de la Sécu étudiante
Les mutuelles autorisées à mieux rembourser certaines lunettes ou prothèses dentaires