« Les assureurs ne vont plus se contenter d’être des « indemnisateurs » »


INTERVIEW – La 1ère édition du Hub T-Day Insurance, consacrée à l'innovation dans le secteur de l'assurance, aura lieu le 12 avril 2016 au à Paris (*). Pour le co-créateur de l'événement Jean-Luc Gambey, les assureurs vont sortir de leur cœur de métier, l'indemnisation des sinistres, pour s'orienter vers la prévention des risques grâce à l'exploitation et à l'analyse des données.    

Jean-Luc Gambey, co-créateur du Hub T-Day Insurance

Toutsurmesfinances.com : Pourquoi avoir créé Hub T-Day Insurance ? En quoi consiste cette manifestation ?
Jean-Luc Gambey, co-créateur du Hub T-Day Insurance : Avec Emmanuelle Lambijou, nous venons tous deux du consulting et plus précisément du conseil aux assureurs. Ce qui nous a frappés, c’est que cela fait des années que l’on parle d’innovation dans l’assurance. Nous avons souhaiter soutenir les acteurs à prendre en marche la révolution numérique qui n’est pas que de la sémantique, mais constitue un vrai mouvement, une véritable lame de fond qui est train de changer les usages.

Davantage qu’une simple conférence ou un énième salon professionnel, nous avons souhaité mettre en place un « hub », c’est-à-dire une plateforme d’échanges où se rencontrent les acteurs de l’assurance et ceux de la high-tech. Il y a aura ainsi une « battle » de start-up durant laquelle les jeunes pousses devront démontrer ce qu’elles peuvent amener aux assureurs. Il s’agit d’un événement professionnel mais dont les répercussions peuvent potentiellement toucher le grand public.

Pourquoi les assureurs sont-ils autant en retard en matière d’innovation, notamment par rapport aux banques ?
Il est vrai que les assureurs font souvent figure de « suiveurs » des banquiers. Les compagnies et mutuelles d’assurance ont ainsi mis plus de temps, pour de multiples raisons, à déployer des systèmes d’information orientés clients, comparées aux banques. Il y a plusieurs raisons à ce « gap ». Tout d’abord, les banques disposent de moyens financiers beaucoup plus conséquents. Or, les développements informatiques coûtent cher. Ensuite, les réseaux bancaires gravitaient dans un univers plus concurrentiel que celui des assureurs, ce qui les obligeait à devoir davantage s’adapter.
A ce titre, les assureurs se sont longtemps crus à l’abri car la réglementation les protégeait significativement. De plus, l’organisation historique des assureurs en silos ont induit en particulier une relation client « silotée » souvent par type de risque, qui générait une vision mono marché et un manque flagrant de transversalité de la connaissance client. Si l’on ajoute à cela les nombreux épisodes de rapprochement, nous avons quelques éléments d’explication sur le retard pris par les assureurs dans les nouvelles technologies. Ce qu’ils sont en train d’essayer de combler désormais.

Y a-t-il des assureurs plus en pointe que les autres ?
Axa, Allianz, la Maif et Malakoff Mederic, par exemple, sont des marques assez innovantes. Mais il y aussi des acteurs plus petits, plus agiles, comme Thelem Assurance, qui considèrent l’innovation comme un levier de croissance indispensable.

Autre cas intéressant, celui de La Parisienne Assurances. Il s’agit de l’une des plus anciennes compagnies de la place et pourtant elle s’est totalement réorganisée en mode start-up. Un changement radical qui, il est vrai, serait difficile à réaliser pour une très grosse compagnie.

Quelles devraient être les innovations des prochaines années dans l’assurance ?
Le « big data » va entraîner des changements majeurs. Grâce à l’exploitation et à l’analyse des données, il va être possible de développer des modèles préventifs des risques. Les assureurs ne vont plus se contenter d’être des « indemnisateurs » de sinistres, ils vont devenir des préventeurs. Ils vont développer la prévention en vue d’anticiper et donc d’éviter le dommage.

Cette nouvelle approche suppose une évolution du modèle économique du secteur. Par ailleurs, de nouveaux usages et de nouveaux produits vont se développer, comme l’économie collaborative, l’utilisation des drones ou les véhicules autonomes. Cela crée des opportunités de marché mais aussi de probables ruptures. Certains acteurs historiques vont évoluer ou disparaître tandis que de nouveaux vont émerger. Le secteur de l’assurance est en évolution, comme d’autres secteurs, et je pense que le rythme de l’accélération et du changement va s’amplifier dans les prochaines années.

Propos recueillis par Jean-Philippe Dubosc

(*) De 8h15 à 20h au Palais Brongniart, 28 place de la Bourse.

 

Un rabais pour les lecteurs de ToutSurMesFinances

 

ToutSurMesFinances est partenaire média du Hub T-Day Insurance et vous permet de bénéficier d’une remise de 120 euros TTC pour l’inscription à la manifestation avec le code partenaire MFC1204 sur le site sécurisé.