Mutuelles et complémentaires santé : discount est-il toujours synonyme de couverture au rabais ?


Moins de 15 euros, voire moins de 10 euros par mois... Avec l'essor d'Internet, les offres d'assurance complémentaire santé à prix cassé fleurissent. Tout le monde y va de son offre low cost : courtiers, assureurs, mutuelles, etc. Ces propositions alléchantes valent-elles le coup ?

De manière générale, les complémentaires santé les moins chères se limitent à une formule de base. Elles se contentent de couvrir le ticket modérateur de la Sécu mais vont rarement au-delà. Autrement dit, si vous allez chez le généraliste ou chez un spécialiste conventionné, la prise en charge correspond à la différence entre le prix que vous payez pour la consultation et le remboursement de la sécurité sociale (hors euro forfaitaire qui reste quoi qu’il arrive à vos frais). Les dépassements d’honoraires, c’est pour votre pomme.

Le système s’applique de la même manière pour tous les autres soins de ville : médicaments, analyses d’urine ou de sang, radios, etc.

Quid des dépenses exceptionnelles ? C’est là que les formules basiques montrent leurs limites. Lunettes, prothèses dentaires ou auditives, chambre particulière en cas d’hospitalisation, consultations de professionnels de santé pratiquant les honoraires libres : tous ces frais ne seront pas ou peu pris en charge.

Une nouvelle génération de contrats responsabilisants

Est-ce une fatalité ? Pour être bien remboursé sans vous ruiner avec une mutuelle haut de gamme à plus de 100 euros par mois et par personne, une solution existe. Depuis quelques années une nouvelle race de contrats est apparue, avec une approche « donnant-donnant » : en échange de votre responsabilisation sur vos dépenses de santé, des remises importantes vous sont accordées. Tel est par exemple le cas de Responsabilis Santé d’April, de Swiss Life Astucieuse, de Franchise Cautionnée de Groupe France Mutuelle ou d’Assuréo Santé.

Ce dernier, commercialisé par le courtier Assuréo, revendique à garanties équivalentes des tarifs de 20 à 40% inférieurs aux contrats traditionnels. Sa recette est composée de 2 ingrédients : une distribution par Internet et par une plate-forme téléphonique dédiée, et pas ailleurs, ce qui permet de réduire les coûts de gestion de 10 à 15% ; une responsabilisation des assurés avec, pour les actes les moins onéreux (consultations, pharmacie, auxiliaires médicaux, examens), une franchise symbolique laissée à la charge de l’assuré (2 euros pour une consultation de généraliste, 1 à 2 euros par facture de pharmacie, 2 euros pour une IRM).

>> Retour au menu du dossier