Payer en pièces jaunes pour répliquer à la grève de la carte Vitale


Les réactions s'enchaînent suite au boycott de la carte Vitale par certains médecins généralistes. C'est au tour de l'UFC-Que Choisir de se saisir de la question en proposant une riposte incongrue : payer ses consultations en petite monnaie.  

assurance-argent

Régler sa consultation chez le médecin en pièces jaunes, voilà l’idée saugrenue proposée par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir. L’objectif est de répondre avec humour au boycott de la carte Vitale entamé début janvier 2015 par certains médecins. Ces derniers protestent contre la généralisation du tiers-payant, dispositif qui permet au patient de ne pas avancer l’argent de sa consultation, celle-ci étant remboursée aux médecins par l’Assurance maladie et les complémentaires santé.

 

« Cesser cette instrumentalisation de la carte Vitale »

L’association de consommateurs conteste à la fois les raisons et le mode opératoire de ce mouvement. Dans un communiqué publié le 7 janvier 2015, l’UFC-Que Choisir, favorable à la généralisation du tiers payant, estime en effet que c’est une avancée qu’il faut maintenir dans l’optique d’un accès de tous à des soins de qualité. « Les usagers ne peuvent accepter de subir sans réagir la guerre que les syndicats de médecins veulent livrer à la ministre de la Santé », s’indigne l’association qui appelle les médecins « à cesser cette instrumentalisation de la carte Vitale » et les patients à « régler en petite monnaie leurs consultations chez les médecins réfractaires à la carte Vitale ».

 

L’Assurance maladie a de son côté critiqué cette mobilisation, sa seule conséquence étant de « pénaliser directement les assurés », ces derniers devant de nouveau avancer leurs frais de consultations et attendre le remboursement pendant un délai qui pourrait courir jusqu’à deux mois.

Les généralistes veulent pour leur part « saturer les services de l’Assurance maladie en leur compliquant la tâche », comme l’a proclamé la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF). En cas de généralisation du tiers payant, Les grévistes craignent de se voir transformer en « bureaucrates » devant batailler pour « récupérer leurs honoraires éclatés entre les caisses d’assurance maladie et les quelque 500 régimes complémentaires » et de devoir faire face à « des impayés en cas de problèmes de droits, de changements de caisses ou de complémentaires ».

 

L’UFC-Que Choisir conclut sa demande saugrenue en rappelant que les revenus des médecins se sont accrus de 5.774 euros en moyenne en 2013 sous l’effet de la mise en place de la prime annuelle à la performance : « 480 € par mois d’augmentation de revenus, beaucoup s’en satisferaient sans aller battre le pavé ! »

 

A lire aussi :
Tiers payant généralisé : 54% des Français favorables
Aide à la complémentaire santé : plus aucun frais à avancer en 2015