Se soigner coûte trop cher pour 60% des Français


La majorité des Français ont déjà dû renoncer à se soigner faute de moyens suffisants, selon le baromètre de Sofinco. Alors que la généralisation du tiers payant est en discussion, 56% des sondés affirment que cette pratique leur permettrait de ne pas remettre à plus tard leur santé.    

carte vitale

Se soigner ? Trop cher ! Selon le baromètre de Sofinco/Crédit Agricole publié le 22 janvier 2015, 60% des Français ont dû remettre à plus tard ou ont renoncé à se soigner faute de moyens. Consultations médicales, achats de médicaments… tout y passe. Ainsi près d’un sondé sur deux affirme avoir déjà repoussé ou renoncé à l’achat de lunettes, de lentilles ou de prothèses dentaires et un tiers à une visite chez un spécialiste. 12% des interrogés avouent avoir déjà refusé une hospitalisation. De même, aller voir son généraliste (18%) ou acheter des médicaments (25%) n’est plus si anodin.

Afin de pallier une partie de ce renoncement aux soins, les contrats responsables ont été réformés par l’exécutif. Désormais, il existe 6 niveaux de remboursements pour les soins d’optiques que doivent appliquer les complémentaires santé. Ces dernières devront prendre en charge au minimum 50 à 200 euros selon le type de verres et de 470 à 850 euros au maximum. Quant à la prise en charge des montures, elle est limitée à 150 euros. A noter que ces contrats ne rentreront en vigueur qu’au 1er avril 2015.

Alors que la généralisation du tiers payant fait actuellement débat, les Français sont 56% à indiquer que la pratique du tiers payant leur aurait évité de mettre de côté leur santé faute de moyens. Sans surprise, les moins de 35 ans (71%) et les ménages modestes, gagnant moins de 1.000 euros par mois (66%), sont plus sensibles à la généralisation du tiers payant. Concrètement si la mesure inscrite dans la loi de santé est adoptée par les parlementaires, un patient qui consultera un médecin généraliste ou un spécialiste n’aura aucun frais à avancer, et ce quels que soient les revenus perçus et l’étendue de sa couverture santé.

>> Grève de la carte vitale : quel impact sur les remboursements ?

 

A lire également :
Aide à la complémentaire santé : plus aucun frais à avancer en 2015