Un Français sur trois reporte ses soins pour des raisons financières


Le renoncement aux soins pour des motifs économiques gagne du terrain dans l’Hexagone. 33% des Français interrogés déclarent avoir renoncé ou reporté des soins médicaux pour des raisons financières en 2013, contre 27% en 2012, selon le 7ème baromètre Santé & Société réalisé par CSA pour le compte d’Europ Assistance et diffusé le 15 octobre 2013. Soit une progression de 6 points en l’espace d’un an. Pire : sur 4 ans, la hausse est de 11 points puisque seuls 11% des Français disaient renoncer à des soins pour des motifs financiers en 2009.

D’après cette étude menée auprès de 4.000 personnes résidant dans des 9 pays développés (dont 500 en France), nos compatriotes se placent au 2ème rang du renoncement aux soins, derrière les Polonais (39%) et devant les Allemands (24%), les Américains (22%) et même les Britanniques (4%) !

En France, ce sont les femmes (41% contre 23% des hommes) et les jeunes (40% des 18-39 ans, contre 22% des 60 ans et plus) qui renoncent le plus. Le dentaire (25%) et l’achat de lunettes ou de lentilles (17%) arrivent en tête des soins les plus « sacrifiés » (en hausse respectivement de 6 et de 7 points par rapport à 2012). Suivent les consultations (12%), les dépenses de médicaments (11%) et les soins lourds (7%).

Pour autant, les Français ont une vision plutôt bonne de leur système de santé. Ils lui attribuent une note de 5,1 sur 10 ; contre 4,8 sur 10 pour les Espagnols ; 4,5 sur 10 pour les Américains ; 3,2 pour les Italiens et 2,8 sur 10 pour les Polonais.

 

A lire aussi :

Assurance santé : vers un alourdissement de la fiscalité sur les contrats non responsables