Copropriété : charges et tarifs de syndic en forte hausse


L'observatoire annuel de l'Association des responsables de copropriétés note une augmentation de 6,1% des charges supportées par les copropriétaires en 2012. Le chauffage, les primes d'assurance mais aussi les tarifs des syndics sont en cause.

copropriete, charges, chauffage, tarifs, syndics

L’addition s’est encore alourdie pour les copropriétaires. Selon l’observatoire de l’Association des responsables de copropriétés (Arc/Unarc), les charges de copropriété ont grimpé de 6,1% en 2012. La hausse des charges supportées par les copropriétaires accélère selon l’association : ces dernières avaient en effet augmenté de 5% en 2011. L’Arc pointe même une hausse cumulée de 15% sur les trois dernières années bien supérieure à l’inflation.

Chauffage et assurance en forte hausse

Selon l’observatoire, les charges acquittées pour les besoins de chauffage et d’eau chaude ont augmenté le plus rapidement en 2012. Avec une hausse de 11,5% sur un an, ce poste de dépense s’établit en moyenne à 14,60 euros par mètre carré et par an. Ramené à la taille moyenne d’un logement de copropriété en Ile-de-France (56m²*), le chauffage représente une charge de 817,60 euros par an.

Les dépenses d’assurance se classent en deuxième position au palmarès des charges ayant le plus fortement augmenté. En hausse de 6,3%, elles atteignent en moyenne 2 euros/m²/an. Ainsi, et malgré cette forte hausse, les dépenses d’assurance représentent une charge moindre que l’entretien des ascenseurs, à 2,60 euros/m²/an (+2,6%), l’eau froide (4,20 euros/m²/an, +3,5%), l’entretien de l’immeuble (7,10 euros/m²/an, +3%) ou les frais de personnel (8,50 euros/m²/an, +3%).

Les prestations hors forfait de syndics prennent plus de 10%

Mais l’Arc s’attache particulièrement à souligner la hausse des frais de syndic enregistrée en 2012 : +5%, à 4,40 euros/m²/an en moyenne, soit près de 250 euros par an si l’on ramène ce montant à la taille moyenne d’un logement francilien. Une augmentation d’autant plus difficile à avaler que les honoraires de base, c’est-à-dire les prestations comprises dans les contrats de syndics, ne progressent que de 2,9%. En revanche, les prestations particulières, facturées en dehors des forfaits grimpent de plus de 10%.

Ce constat contribue à valider l’une des mesures phares de la future loi Duflot sur le logement en ce qui concerne les copropriétés. En effet, le projet de loi voté en première lecture par l’Assemblée nationale prévoit d’encadrer strictement les prestations facturées hors forfaits : ces dernières seront limitées à une liste précise et toutes les prestations n’étant pas inscrites sur celles-ci devront être facturées dans les contrats de base des syndics.

Pour le directeur de l’Arc Bruno Dhont, cette liste qui sera remise à jour tous les deux ans devra se limiter « à la gestion des gros travaux, celle des contentieux et aux opérations exceptionnelles comme la refonte du règlement de la copropriété ». Néanmoins, le contenu précis de cette liste ne sera connue qu’après le vote de la loi (pas avant mars 2014) et la publication d’un décret ministériel prévu à cet effet.

*Source : Rapport d’analyse statistique des copropriétés en Ile-de-France de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU, janvier 2009)

 

A lire également sur les copropriétés 

Copropriété : la réforme Duflot en 5 points clés