Crédit immobilier : Empruntis parie sur un maintien des taux bas


Le courtier en crédit immobilier Empruntis.com fait état d'une grande stabilité des taux en février, en dépit de quelques nouvelles baisses légères. Selon le courtier, l'instabilité politique italienne va profiter aux emprunteurs français.

credit, immobilier, taux

 

« Pas grand-chose de nouveau » en matière de crédit immobilier au mois de février 2013… C’est en tout cas ce que relaye la dernière lettre du courtier Empruntis.com de mars 2013. Ainsi, les taux à 10 et 15 ans se maintiennent à même niveau, soit respectivement 2,80 et 3,10% en moyenne. En revanche, les taux reculent encore sur les durées plus longues, même si le mouvement reste marginal puisqu’il s’agit de baisses de taux de l’ordre de dix points de base. Ainsi, Empruntis.com fait état de taux moyens à 3,45% sur 20 ans et à 3,90% sur 25 ans. « A titre anecdotique (peu de gens empruntant sur des durées très courtes), nous négocions aujourd’hui pour des durées inférieures à 7 ans des taux en dessous des 2% en fixe ! », souligne par ailleurs Maël Bernier, porte-parole du courtier en ligne.

A noter également que les taux variables proposés sont également en baisse. Cependant, le courtier maintient que négocier un crédit immobilier à taux variable en ce moment n’est pas la voie à suivre, car l’écart avec les taux fixes est de l’ordre de 20 à 30 points de base, ce qui est trop peu pour qu’un emprunt contracté à taux variable puisse s’avérer plus intéressant qu’un crédit à taux fixe.

L’instabilité italienne peut-elle aider les emprunteurs français ?

Surtout, Empruntis.com affirme que les taux de crédit à l’habitat proposés par les banques devraient se maintenir à bas niveaux, alors que la France continue de bénéficier de taux très bas pour se refinancer sur les marchés : les obligations assimilables du Trésor à dix ans (OAT 10 ans) se négociaient ainsi à 2,15% au 1er mars 2013. De plus, l’instabilité politique italienne, suite aux dernières élections législatives, avantage la France selon Maël Bernier. « Tant que la situation italienne ne sera pas clarifiée avec un gouvernement stable et surtout qui continue de s’engager sur les réformes budgétaires, la France restera une place de choix, pour le moment, pour les investisseurs. Effet domino, si les investisseurs sont nombreux à prêter à la France, les banques empruntent facilement sur les marchés et les taux auxquels elles empruntent restent très bas » , ce qui se traduit par des taux d’emprunt attractifs pour les particuliers.

 

A lire également sur le sujet :

Vers une stabilisation des taux de crédit immobilier ?
Crédit immobilier : le courtier Ace évoque de nouvelles baisses de taux en février
Les intentions d’achat immobilier se replient