Crédit immobilier : les taux augmentent progressivement


D'après l'indicateur des taux de l'Agence nationale d'information sur le logement (Anil), quelques acteurs bancaires ont relevé leurs taux de crédit immobilier au cours du troisième trimestre 2013. Une tendance qui devrait se généraliser d'ici la fin de l'année.

credit, immobilier, taux, hausse, banques

La fin de la baisse des taux de crédit immobilier se concrétise dans les agences bancaires. Selon l’indicateur des taux de l’Agence nationale d’information sur logement* (Anil) du troisième trimestre 2013, trois des huit établissements financiers recensés délivrant des prêts à l’habitat ont revu leur offre à la hausse.

Quelques banques augmentent les taux

La plus forte hausse affichée par l’indicateur, arrêté au 15 août dernier, est à mettre à l’actif de la Caisse d’Epargne qui a augmenté ses taux de 0,20 point ou 0,20% sur les prêts à l’accession sociale (PAS) et les prêts à taux fixe. La meilleure offre de la banque sur ces deux produits se situe à 3,30%. Ce taux est le plus haut affiché par la Caisse d’Epargne sur l’année 2013 mais reste inférieur à la moyenne observée en 2012 (3,40%) d’après l’Anil.

Le constat est similaire pour la Banque Postale, qui remonte ses taux de 0,10 point entre les deuxième et troisième trimestres 2013 sur les PAS et les prêts à taux fixe, à 2,80%. Enfin, BNP Paribas augmente plus légèrement ses taux sur ces mêmes produits, de 0,05 point. La meilleure offre de la banque de la rue d’Antin se situe à 3,30%.

Ce mouvement de hausse n’est cependant pas suivi par les autres acteurs recensés par l’Anil. La stabilité prime pour le Crédit Mutuel (3,05%) et le Crédit Agricole (2,90%). Et même si la baisse des taux de crédit immobilier se vérifie, certains établissements affichent des diminutions d’un trimestre à l’autre. En particulier, le Crédit Foncier a baissé ses taux sur les PAS (2,90%) et les prêts à taux fixes (2,80%) de 0,10 point. Du côté de LCL, seuls les meilleurs dossiers cherchant un financement à taux fixe bénéficient d’un ajustement à la baisse de 0,05 point, à 2,75%. Enfin, l’établissement de crédit Cetelem a largement diminué ses taux, de 0,40 point, à 2,68% pour les prêts à taux fixe. Un ajustement qui s’explique par la stabilité de l’offre de l’établissement : celle-ci n’avait pas été revue à la baisse sur les deux premiers trimestres 2013.

Une lente hausse d’ici la fin de l’année 2013

Si ces quelques relèvements de taux sont encore limités, ils devraient être annonciateurs d’un mouvement de hausse généralisée. C’est en tout cas le scénario privilégié par le courtier Ace, qui envisage une remontée « plutôt régulière et lente : de un à deux dixièmes chaque mois ». « Chaque mauvaise nouvelle sur l’économie des pays de l’Union Européenne fait planer un risque d’augmentation des taux », estime le courtier. Une stabilisation des taux n’est cependant pas exclue, compte tenu de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne : en fonction des décisions de l’institution dirigée par Mario Draghi, la hausse des taux pourrait ainsi être contenue. Globalement, les acteurs du courtage en crédit immobilier s’accordent peu ou prou sur cette analyse, entre fin de la baisse des taux et légère remontée éventuelle, tout en écartant un scénario de hausse brutale.

*Les taux de l’indicateur de l’Anil sont basés sur les prêts d’une durée de 15 ans. Ils sont donnés hors assurance de prêt. « Toutes les informations sont communiquées directement par les établissements cités » affirme l’Anil.

 

A lire également sur le crédit immobilier

Crédit immobilier : les banques assouplissent leurs critères selon la Banque de France
Immobilier : les acheteurs s’endettent davantage