Crédit immobilier : « Pas de remontée brutale d’ici la fin de l’année »

Partagez

credit, immobilier, taux, banques, emprunteurs

INTERVIEW – Les taux de crédit immobilier sont orientés à la hausse mais la réalité est plus complexe explique Pascal Beuvelet, président du courtier In&Fi Crédits. Selon la durée du prêt et leur localisation, les emprunteurs font face à des situations bien différentes.

Toutsurlimmobilier.fr : Les taux de crédit immobilier remontent depuis cet été. Qu'observez-vous à cet égard ?

Pascal Beuvelet, président d'In&Fi Crédits : Si on raisonne de manière générale, les taux augmentent légèrement. Mais il faut distinguer deux situations : d'un côté les grandes métropoles, de l'autre le reste de la province. Dans les grandes métropoles, et notamment en région parisienne, les banques remplissent leurs objectifs de crédit immobilier. Elles ne font donc pas d'effort particulier sur les taux et la négociation est un peu plus difficile, à moins d'être un très bon profil. Ailleurs, les objectifs ne sont pas nécessairement atteints et il est donc plus facile de négocier et d'obtenir un prêt.

L'inflexion à la hausse des taux va-t-elle perdurer d'ici la fin de l'année ?

En tant que tel, il n'y a aucune raison que les taux remontent significativement. Les banques se financent toujours auprès de la Banque centrale européenne à 0,50% et les dépôts bancaires ne baissent pas. La ressource financière des banques et son coût n'ont donc pas changé. De plus, le maintien de la politique monétaire accommodante de la Réserve fédérale américaine et la stabilité politique en Allemagne avec la réélection d'Angela Merkel sont des signes positifs pour le marché du crédit.

Lorsque les taux augmentent, ce qui est très variable selon les banques mais aussi les durées de prêt, il s'agit avant tout de dispositions commerciales. Certains acteurs veulent augmenter leurs marges, en relation avec les nouvelles obligations en matière de fonds propres dans le cadre de la réglementation Bâle III. Il n'y a donc pas de remontée brutale à envisager.

Les banques se montrent-elles plus dures avec les emprunteurs potentiels ?

Elles sont un peu plus sélectives sur les dossiers pour diminuer leurs risques. Mais les conditions d'octroi de crédit ne sont pas plus dures ou accommodantes : les banques appliquent les mêmes normes, client par client. Elles considèrent la situation globale de l'emprunteur. Sur la question de l'apport personnel par exemple, un emprunteur avec des fonds conséquents mais qui n'a pas les revenus pour rembourser le crédit aura plus de difficultés à obtenir son crédit. A l'opposé, un autre qui n'a pas ou peu d'apport personnel mais qui a des revenus conséquents pour payer les mensualités pourra tout à fait trouver un prêt.

Il faut aussi savoir que votre propre banque ne vous fera pas sa meilleure offre car vous êtes déjà client. Il est donc nécessaire de négocier ou de mettre son offre en concurrence avec ce que d'autres peuvent vous proposer. Et selon votre projet et la durée de votre prêt, les taux seront plus ou moins compétitifs. Une banque n'est jamais parfaite sur toutes les durées mais pour chaque dossier, il y a une solution.

Cependant les Français peinent davantage à passer le cap et à devenir propriétaire...

La volonté de devenir propriétaire est très forte mais la démarche des particuliers pose problème. On cherche d'abord un logement adapté à ses besoins et bien placé et ensuite seulement se pose la question du financement. Mais beaucoup n'ont pas les moyens d'acheter leur logement idéal, ce qui fait naître une grande frustration. Les Anglo-saxons prennent le problème dans l'autre sens : ils regardent d'abord combien ils peuvent obtenir pour leur achat et cherchent un logement en fonction de leur capacité financière.

Un autre problème est la confiance. Les emprunteurs potentiels s'appliquent une forme d'autocensure car ils sont craintifs pour l'avenir, en particulier sur la question de l'emploi. Cela s'illustre notamment par une épargne de précaution de plus en plus importante.



 

les articles les plus lus

1. Location : comment réduire le délai de son préavis ?
2. Echange de maison, d’appartement : vacances, longue durée, HLM

Réseaux Sociaux