Déménagement : les Français au crible de l’Insee

Partagez

L'Insee vient de publier une étude centrée sur les déménagements des Français d'une région à une autre. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur les habitudes de nos concitoyens et l'attractivité des différentes régions de France.

 
4 choses à savoir sur les déménagements des Français

Faire ses cartons pour vivre ailleurs, mais pour aller où ? Et dans quel but ? Pour répondre à ces questions, l'Insee s'est penché sur les comportements et habitudes des Français en matière de déménagement. L'étude, publiée mardi 31 mars 2015, se concentre sur les mouvements de population observés entre 2001 et 2006 et s'attarde plus spécifiquement sur les déménagements d'une région à une autre. Décryptage en quatre points.

• Peu de déménagements d'une région à une autre

Principal éclairage de l'enquête de l'Insee : les Français changent peu de région. « Entre 2001 et 2006, 3,6 millions de personnes âgées d'au moins 5 ans en 2006 et résidant en France métropolitaine ont déménagé d'une région à une autre ; cela représente 6% de la population », expliquent d'entrée les auteurs. En parallèle, ils sont près de deux fois plus nombreux à déménager pour rester dans la même commune (11%) ou dans le même département (12%).

• L'Ile-de-France attire les jeunes...

L'Ile-de-France présente un profil atypique puisqu'elle concentre les arrivées de jeunes (15 – 29 ans) et ne subit que peu de départs dans cette tranche d'âge. Conséquence, la région parisienne gagne 8 habitants pour 1.000 âgés de 15 à 29 ans. Selon l'Insee, « cette particularité des mobilités en Ile-de-France peut notamment s'expliquer par la concentration des grandes écoles et universités et par le dynamisme du marché du travail ». Mais l'attrait de l'Ile-de-France ne dure pas : l'Insee souligne que la région perd des habitants de 30 ans et plus, un phénomène commun à toutes les classes d'âge (actifs, retraités...).


A lire sur ce sujet : La maison individuelle, un choix de vie coûteux en Ile-de-France

• ... qui partent ensuite dans le Sud ou l'Ouest

Lorsqu'ils quittent Paris ou sa banlieue, les Français ont sans surprise deux destinations favorites : le Sud et l'Ouest. « Les régions du Sud et de la façade atlantique du pays présentent des flux d'arrivées importants à tous les âges, à l'exception des âges des études et de l'entrée dans la vie active », explique l'Insee. Des migrations qui, contrairement au cas de l'Ile-de-France, ne peuvent pas s'expliquer uniquement par l'attrait économique. « Une particularité forte de ces régions est l'importance des personnes en emploi devenues chômeurs dans la période pendant laquelle elles ont migré. Cela témoigne d'une attractivité plus résidentielle que professionnelle », indiquent d'ailleurs les auteurs. Ils pointent à cet égard une certaine tendance à l'haliotropisme, c'est-à-dire l'attirance pour les façades maritimes. A noter que pour les migrations vers les régions du Sud, et notamment le Languedoc-Roussillon, le passage à la retraite est également un motif de déménagement mis en avant par l'Institut.

• Le retour au pays, une spécialité du Nord

Enfin, l'Insee s'est penché sur la question du retour au pays, c'est-à-dire les Français qui reviennent vivre dans une région qu'ils connaissent déjà. En moyenne, trois nouveaux arrivants sur dix correspondent à ce cas de figure. Cette proportion grimpe à près d'une personne sur deux pour la région Nord – Pas-de-Calais. Une attache qui touche tout particulièrement les nordistes de naissance : « 84% des retours au pays concernent des personnes nées dans la région. »


A lire également
« Réaliser son déménagement soi-même comporte des risques »
Achat immobilier : des prix décuplés en fonction des régions



 

les articles les plus lus

1. Les différents types de diagnostics et d’audits en copropriété
2. Les étapes à suivre pour l'achat d'un appartement ou d'une maison
3. Loi Elan : à quoi correspond le bail mobilité ?

Réseaux Sociaux