Garantie universelle : « On demande aux propriétaires de payer les impayés »

Partagez

garantie, universelle, revenus, locatifs, perrin

INTERVIEW – Le gouvernement compte mettre en place une garantie universelle des revenus locatifs, pour sécuriser le versement des loyers et faciliter l'accès à la location. Pour Jean Perrin, président de l'Union nationale de la propriété immobilière, un système financé exclusivement par les propriétaires n'est pas viable.

 

Toutsurlimmobilier.fr : Etes-vous favorable au principe d'une garantie universelle qui viendrait remplacer la garantie contre les loyers impayés (GLI) et la garantie contre les risques locatifs (GRL) ?

Jean Perrin : Si vous reprenez les propositions de l'Unpi [dans le livre blanc et les 60 propositions pour un ministre du logement, ndlr], nous proposons un système de protection des propriétaires et de sécurisation des loyers. C'est quelque chose que nous regardons favorablement. Mais tout système de garantie, tant qu'il reste à la charge des propriétaires, ne marchera pas.

L'idée évoquée par Cécile Duflot consiste en réalité à demander aux propriétaires de payer eux-mêmes les impayés éventuels. Tant que les locataires ne sont pas intégrés au financement de cette garantie, elle ne fonctionnera pas. Mais sur le principe, sécuriser les rapports locatifs est une bonne idée, sachant qu'une telle garantie doit couvrir les loyers, charges mais également les travaux liés à une dégradation des lieux de la part du locataire.

Pour quelles raison un système supporté financièrement par les propriétaires, comme cela est évoqué jusqu'ici, ne serait pas viable selon vous ?

Tous ceux qui font courir des risques aux autres doivent prendre une assurance, c'est comme cela que l'économie fonctionne. Ici, on demande à ceux qui subissent le préjudice de payer pour s'en prémunir. Si les locataires ne sont pas appelés à financer au moins en partie la garantie, c'est un système absurde, antilogique.

Je suis ouvert à un système financé par tiers et partagé à parts égales entre propriétaires, locataires et l'Etat. Pour la participation des locataires, ceux qui bénéficient des aides au logement pourraient se faire prélever directement dessus, ce qui serait indolore avec la revalorisation des aides. Cela représenterait à peu près trois euros par mois. Ceux qui ne touchent par les aides pourraient payer leur contribution dans le cadre de leur assurance risque habitation. Dans les deux cas, ce ne serait pas insurmontable pour les locataires.

Le système de garantie est actuellement en discussion et les représentants de propriétaires devraient participer à la concertation. Quels arguments comptez-vous avancer pour plaider la cause des propriétaires bailleurs ?

Je me tiens effectivement à disposition pour discuter de ce sujet. Je crois qu'il y a une bonne intention au départ de sécuriser véritablement les rapports locatifs et de remplacer la GLI et la GRL qui ne fonctionnent pas. Mais le principe de ne pas faire contribuer les locataires est un nouveau signe décourageant pour les propriétaires, qui vivent concrètement le durcissement de la fiscalité immobilière ou encore l'encadrement des loyers.

On parle d'un prélèvement de 2% sur les loyers par exemple [dans le cas de la création d'un fonds national de garantie, une des options envisagées, ndlr]. 2%, ce n'est pas beaucoup, mais cela vient s'ajouter aux charges, à la taxe foncière, à l'impôt sur le revenu, aux prélèvements sociaux... Il faut arrêter de charger la mule. Il ne faudra pas que l'Etat s'étonne si les gens arrêtent d'investir dans l'immobilier, ce qui va créer davantage de problèmes pour l'accession à la location. En particulier, dans les zones tendues, les bailleurs vont augmenter les loyers pour compenser. C'est un coût supplémentaire qui va avoir des conséquences négatives sur l'offre locative et l'investissement immobilier.

 

Propos recueillis par Thibault Fingonnet

 

A lire également sur le sujet, notre interview de Didier Pavageau, secrétaire confédéral de la Confédération nationale du Logement :

d« Impayés de loyer : 2% des locataires dans le parc privé, 4% en HLM »

 

 



 

les articles les plus lus

1. Les étapes à suivre pour l'achat d'un appartement ou d'une maison
2. Loi Elan : à quoi correspond le bail mobilité ?

Réseaux Sociaux