Immobilier : devenir propriétaire d’un logement neuf revient à la mode


Les Français reprennent goût aux appartements neufs. Les achats de résidences principales bondissent de 20% début 2016, bien aidés par le prêt à taux zéro, mais pas seulement. Des tensions sur les prix pourraient toutefois finir par se matérialiser.  

Acheter un appartement neuf ne sert pas qu’à défiscaliser. Après une année 2015 marquée par le retour en force des investisseurs, grâce au dispositif Pinel, les promoteurs immobiliers se félicitent de celui des propriétaires occupants. Les achats de résidences principales ont grimpé de 20,3% sur les trois premiers mois de 2016. 13.329 logements ont ainsi trouvé preneur selon les chiffres dévoilés par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) jeudi 12 mai.

PTZ renforcé, TVA réduite : la politique du logement porte ses fruits

Pour les professionnels, pas de mystère : les Français ont profité à plein du nouveau prêt à taux zéro, proposé aux primo-accédants depuis le 1er janvier dernier, pour acheter dans l’immobilier neuf. « Le dispositif est très bien compris, très bien accepté. Et il y a eu un phénomène d’attente, observe la présidente de la FPI Alexandra François-Cuxac. Il avait été annoncé avant la fin de l’année 2015 et nous avons été en capacité de l’expliquer un peu avant [son entrée en vigueur] et surtout de concrétiser les réservations très rapidement. »

Le PTZ n’est pas la seule aide publique à l’accession à la propriété efficace. Selon la FPI, les acquisitions dans les quartiers prioritaires de la ville, qui bénéficient d’une TVA réduite à 5,5%, ont bondi de 34,9% au premier trimestre. Elles représentent 8% de l’ensemble des ventes aux propriétaires occupants, soit environ 1.000 logements.

Les promoteurs soulignent que l’immobilier neuf profite également du regain d’activité du marché de l’immobilier existant. « Le fait que les ventes dans l’ancien aient fortement progressé à un impact sur le neuf, avance le vice-président de la Fédération Guy Bernfeld. Souvent, [les secundo-accédants] vendent un appartement ancien pour acheter dans le neuf. »

L’embellie est telle que « les ventes repartent plus fortement que ce que nous espérions », reconnaît Alexandra François-Cuxac. La nouvelle chute des taux de crédit immobilier explique sans doute cela : dans une analyse livrée début mai, le courtier Meilleutaux.com estimait qu’entre janvier et avril 2016, les emprunteurs contractant un prêt sur 20 ans ont gagné plus de 12.000 euros sur le coût total du crédit.

Hausses de prix en vue ?

Si tous les indicateurs sont au vert, l’horizon pourrait cependant s’assombrir à moyen terme. En cause, des tensions sur les prix liées à la faiblesse du stock de logements disponibles. Si les mises en vente reviennent à la normale (26.812 appartements, +17,9%), elles ne compensent qu’à peine les achats et réservations (25.591 logements, accession et investissement locatif). Conséquence, l’offre commerciale continue de se contracter, pour se fixer à 92.092 biens. Soit 11,3 mois de ventes, contre 13,6 mois un an plus tôt.

Concrètement, si cette tendance se poursuivait, elle pourrait déboucher sur une hausse des prix, car les appartements se feraient plus rares. Il faut donc construire plus et jusqu’ici, la machine peine à suivre : les permis de construire des immeubles collectifs ont progressé de 12,2% au premier trimestre, tandis que les mises en chantier ont augmenté de 7,3%. Des rythmes inférieurs à celui des ventes.

S’il va falloir patienter encore quelques mois pour vérifier si l’offre ne parvient plus à répondre à la demande, de premiers signes de tension apparaissent déjà. A Nantes, les prix ont gagné 5,5% sur un an, à 3.673 euros/m². Bordeaux affiche un niveau de prix similaire, en hausse de 4,2%. Toulouse (+2,5%, 3.475 euros) et Lyon (+1,2%, 3.863 euros) les voient également progresser plus rapidement que la moyenne (+0,5%). Point commun de ces agglomérations : elles sont toutes prisées des investisseurs et donc très demandées… Et leur appétit n’est pas rassasié. Pour preuve, leurs acquisitions ont encore progressé de 12,9% au premier trimestre, à 12.262 logements. Affaire à suivre…

A lire également
2016, une bonne année pour faire construire sa maison