Immobilier : l’achat immobilier jugé opportun mais…


Les Français jugent la période opportune pour acheter de l'immobilier selon un sondage Ipsos pour le site Seloger.com. Pourtant, ils ne sont pas près de passer à l'acte : près des trois quarts des interrogés n'envisagent pas d'acquérir une résidence principale.

immobilier, achat, credit, prix

 

Difficile de savoir ce qu’ont les Français dans la tête en matière d’immobilier. Une étude menée par l’Institut Ipsos pour le site Seloger.com montre ainsi que 76% des interrogés conseilleraient à un proche qui envisage un achat immobilier de se lancer, jugeant que c’est le « bon moment ». Un constat alimenté par une légère baisse de prix constatée notamment dans l’immobilier ancien au premier semestre 2013 mais surtout par les taux de crédit immobilier, qui ont atteint un plancher historique. Une autre enquête de l’Observatoire du moral immobilier Logic-immo.com montre en effet que 76% des sondés candidats à l’accession à la propriété sont motivés la faiblesse des taux d’intérêts.

Prix encore trop élevés et accès au financement difficile

Malgré ces statistiques qui plaident en faveur d’un retour en force des acheteurs, un chiffre met très largement à mal cette idée : 74%, soit près des trois quarts des sondés de l’étude pour Seloger.com, affirment n’avoir aucun projet d’achat de résidence principale dans les mois et même les années à venir. Seuls 16% des interrogés envisagent une telle acquisition dans les trois ans à venir. Le blocage du marché va dans les deux sens puisque 83% des sondés n’entendent pas vendre leur résidence principale ou secondaire dans un avenir proche.

Le paradoxe est donc de taille : c’est le moment d’acheter mais bien peu de particuliers semblent prêts à passer le cap et la plupart d’entre eux, acheteurs comme vendeurs, semblent privilégier le statu quo. Du côté de la demande, cela peut s’expliquer par deux facteurs. D’une part, les acheteurs ne sont pas satisfaits de la baisse des prix. L’étude de Seloger.com montre que si 39% des sondés jugent que les prix de l’immobilier ont plutôt baissé sur un an, ils sont 40% à penser qu’ils ont au contraire augmenté. Une analyse cohérente avec une autre statistique avancée par Logic-immo.com : 58% des sondés pour cette étude attendent une « vraie » baisse des prix.

D’autre part, les taux de crédit immobilier au plus bas ne suffisent pas. Le problème principal qui se pose pour les acheteurs potentiels se posent sur les conditions d’octroi : 68% des sondés pour Seloger.com considèrent que les conditions pour obtenir un crédit immobilier se sont durcies. Du côté des interrogés de Logic-immo.com, ils sont 48% à juger les conditions bancaires sont trop restrictives.