Immobilier : la baisse des prix relance les ventes… sauf à Paris


Le réseau d’agences immobilières Laforêt pointe une hausse de la demande sur le marché immobilier dans sa note de conjoncture publiée le 2 juillet 2013. Pour expliquer ce regain d’intérêt et des transactions en hausse de 5,3% sur une année au 1er semestre 2013, Laforêt fait état d’une baisse des prix de 2,3% sur la même période, à 2.879 euros le m2. Le réseau note ainsi un retour des investisseurs opportunistes et des primo-accédants, « attirés par des prix à la baisse et des taux d’intérêts historiquement bas ». Cette demande reste cependant fragile et pourrait rapidement disparaître, avec une remontée potentielle des taux de crédit immobilier notamment.

La tendance à un retour des acheteurs est plus marquée à Paris, où le nombre de nouveaux acquéreurs potentiels grimpe de 23%, contre 2,4% en Ile-de-France et 0,5% sur l’ensemble du territoire. Un phénomène qui s’explique en partie par la baisse des prix, de 3% sur une année, à 8.117 euros le m2, contre 2,3% en France entière. Cependant, Laforêt met en avant la pénurie des petites surfaces pour expliquer la baisse des transactions, de 5,2% dans la capitale. « Les biens proposés ne correspondent pas nécessairement à la demande : un prix trop élevé, des défauts, des détails peuvent détourner les acquéreurs » qui ont relevé leurs exigences, avance le réseau d’agences immobilières.

 

Aller plus loin sur les prix de l’immobilier
La baisse des prix reste faible à Paris et en Ile-de-France