Immobilier : le Grand Paris ne fait pas (encore) flamber les prix

Partagez

Les quartiers situés aux abords des futures gares du Grand Paris Express dans les villes de banlieue parisienne ne font pas les frais d'une spéculation immobilière acharnée, selon des données présentées par l'Observatoire régional du foncier d'Ile-de-France. Dans un tiers des cas, les prix autour des gares sont inférieurs à la moyenne de la commune où elles se situent.

 
Le Grand Paris n'a pas encore poussé les prix de l'immobilier à la hausse

Le Grand Paris Express fait-il grimper les prix de l'immobilier ? Pas pour l'instant, selon une étude présentée par l'Observatoire régional du foncier (ORF) d'Ile-de-France jeudi 1er octobre 2015. En analysant les prix de l'immobilier dans un périmètre de 800 mètres autour des 78 futures gares du Grand Paris*, l'ORF a constaté que dans les quartiers situés hors de Paris, les prix ont baissé de 1,6% en moyenne entre 2011 et 2014, pour se fixer à 4.515 euros/m². « Cette baisse s'inscrit dans le contexte des communes où sont implantées les gares, où les prix moyens restent stables, passant de 4.640 à 4.620 euros/m² sur la même période », souligne l'ORF. « Les prix sont sensiblement inférieurs à ceux de la commune » dans un tiers des cas, soit 26 quartiers-gares.

Plusieurs quartiers 15% en-dessous des prix moyens

Mieux encore : entre 2011 et 2014, l'écart de prix entre les logements situés dans le quartier-gare et le reste de la commune s'est accru dans la plupart des cas. Les statistiques des notaires relatent ainsi une « baisse marquée des prix de 10 à 20% sur ces quartiers, alors que les prix stagnent en moyenne sur les communes ». Résultat, plusieurs quartiers-gares profitent encore de prix particulièrement compétitifs, inférieurs de 15% ou plus à la moyenne de la commune. L'étude pointe notamment les cas de Chevilly-Trois communes sur l'extension de la ligne 14, de Bagneux M4, Créteil L'Echat et Champigny-Centre sur le tronçon Sud de la ligne 15, de Bobigny-Drancy et Val de Fontenay sur son tracé Ouest ou encore de Sevran-Beaudottes sur la ligne 16 et Massy-Opéra sur la 18.

Mais attention, tous les quartiers n'affichent pas la même dynamique. Ainsi, certaines gares profitent encore de prix immobiliers moins élevés que la moyenne malgré une récente hausse des prix. L'ORF pointe ainsi les cas de Fort d'Aubervilliers (ligne 15 Est), de Noisy-Champs (ligne 15 Sud et ligne 16), « et dans une moindre mesure autour de la Courneuve-six-routes [ligne 16] où les prix augmentent de 15% environ, se rapprochant ainsi des prix sur la commune ».

A l'inverse, 13 quartiers-gares affichent des prix supérieurs à la moyenne de leur commune. « Sur neuf d'entre eux, l'écart de prix s'accroît par rapport à 2011, marquant une attractivité renforcée sur ces quartiers (progression des prix moyens des quartiers ou baisse des prix moyens des communes) », souligne l'ORF. Cette tendance touche essentiellement les gares du Grand Paris Express situées en proche banlieue, comme Mairie d'Aubervilliers et Le Perreux-Nogent (ligne 15 Est) ou encore Kremlin-Bicêtre Hôpital (ligne 14). Toutefois, certaines gares plus éloignées de la capitale présentent le même profil, à l'instar de Massy-Palaiseau (ligne 18) et Clichy-Montfermeil (ligne 16).

Le visuel ci-dessous récapitule l'évolution des marchés immobiliers des quartiers-gares du Grand Paris Express (lignes 14 et 15). 


orf-gpe-sept2015

*Extension de la ligne 14 hors stations situées dans Paris, ligne 15, 16, 17 et 18



 

Réseaux Sociaux