Immobilier : le prix des petites surfaces flanche à Paris


Le prix des studios et 2 pièces a reculé de 1,1% à Paris en novembre 2015. Une baisse attribuée en grande partie à l'encadrement des loyers par le portail Meilleursagents.com. Les notaires indiquent que ce type de biens semble moins recherché par les acquéreurs.  

Les prix des studios et 2 pièces, moins demandés, baisse à Paris

Le studio parisien perdrait-il de son attrait ? Selon le portail Meilleursagents.com, le prix des petites surfaces (studios et 2 pièces) a chuté de 1,1% en novembre 2015, « une baisse assez spectaculaire (…) suite à un afflux de mises en vente face à une demande qui reste atone », d’après son président Sébastien de Lafond. Dans son baromètre publié mercredi 2 novembre, le site internet souligne que cette tendance n’affecte que les petits logements, le prix des appartements de 3 pièces et plus prenant 0,3% dans le même temps.

Conséquence de l’encadrement des loyers ?

Pour Sébastien de Lafond, les petits appartements, qui représentent environ 55% des logements mis en location selon l’observatoire Clameur, font les frais de l’encadrement des loyers. « Nous recevons un nombre croissant d’appels de propriétaires bailleurs nous demandant de mettre en vente leur bien. Les investisseurs échaudés s’éloignent de ces types d’actifs dont la rentabilité est remise en cause par des loyers contraints », analyse-t-il. Meilleursagents.com mentionne également la future hausse des frais d’acquisition (droits de mutation à titre onéreux), bien que ce relèvement de la fiscalité n’épargne pas les grands logements.

De leur côté, les notaires remarquent aussi un moindre intérêt pour les petites surfaces. « On constate, mais cela reste à confirmer, qu’il y a de nouvelles tendances sur le studio. Il y aurait moins d’acquéreurs, surtout sur Paris. Est-ce que c’est l’encadrement des loyers qui est en cause ? Je ne sais pas, cela reste à affiner, indiquait Thierry Delesalle, notaire dans la capitale, lors d’un point sur l’évolution du marché parisien jeudi 26 novembre. On s’attend à une baisse des prix plus importante pour les studios que pour les 2, 3, 4 pièces. »

Pour Meilleursagents.com, le désintérêt des investisseurs va pénaliser les locataires en réduisant l’offre disponible. Il n’est cependant pas uniquement lié à l’encadrement des loyers. Les notaires interprètent plutôt ce réflexe comme une réaction aux prix élevés de la pierre parisienne, qui contribuent eux aussi à limiter la rentabilité des investissements locatifs. Quelle qu’en soit la raison, professionnels et officiers publics s’accordent sur un point : les locataires devraient avoir plus de mal à se loger dans la capitale à l’avenir.

A lire également
Studios, meublés,… les mauvais élèves de l’encadrement des loyers