Immobilier : les acheteurs attendent le coup de cœur sans travaux


Les acheteurs ont plus que jamais retrouvé leur enthousiasme, selon l'observatoire du moral immobilier publié par Logic-immo.com. Plus exigeants, les futurs propriétaires ne se pressent pas pour acheter, préférant attendre le coup de cœur au bon prix et sans travaux à prévoir.  

Les acheteurs plus exigeants attendent le coup de coeur pour se lancer

Les candidats à l’achat n’ont jamais été aussi motivés pour acquérir un bien immobilier. Si leur nombre a légèrement baissé depuis 2014, ils n’ont jamais fait preuve d’autant d’enthousiasme à l’achat, selon la 16ème vague de l’observatoire du moral immobilier dévoilée le 16 juin 2015 par le site Logic-immo.com. Sur un échantillon de 1.228 personnes ayant un projet d’acquisition dans l’année à venir, 80% pensent que c’est le bon moment d’acheter. « Ils étaient déjà 72% en janvier dernier mais là c’est un record », affirme la responsable des études de Logic-immo.com, Stéphanie Pécault.

Conditions favorables mais pas de précipitation

Sans surprise, cet optimisme s’explique en premier lieu par l’attractivité des taux d’intérêt ces derniers mois. « Les acheteurs sont très sensibles à l’évolution des taux d’intérêt qu’ils surveillent de près. Si on remarquait un décalage entre l’évolution des taux et leur perception, depuis 2013, les deux sont synchrones », remarque Stéphanie Pécault. Ainsi, lorsque le taux moyen d’emprunt se montait à 2,57% en janvier, 78% jugeaient que les taux étaient attractifs. Trois mois plus tard, avec un taux moyen de 2,33%, ils sont désormais 85% à avoir cette opinion. Par ailleurs, ils ne sont plus que 30% à penser qu’il est difficile d’obtenir un prêt immobilier. « Paradoxalement, si les acheteurs sont positifs face à ces conditions d’acquisition favorables, ils ne semblent pas pressés, constate Stéphanie Pécault. 79% d’entre eux ne prévoient pas de remontée des taux avant 6 mois. Les acheteurs ont compris qu’ils revenaient en position de force.» Ces chiffres sont toutefois à nuancer. En effet, les futurs propriétaires ont été interrogés en avril dernier. Les récentes hausses de taux n’ont donc pas été prises en compte.

« Les acquéreurs se font également à l’idée que les prix vont rester stables dans les mois à venir (60%) », indique la responsable des études de Logic-immo.com. Une quelconque hausse des prix leur paraît bien lointaine.

Enfin, confirmant la tendance observée en janvier, les acheteurs jugent moins sévèrement les perspectives économiques du pays. Plus de la moitié d’entre eux (57%) penchent en faveur d’une stabilisation de leur situation financière personnelle ou de la conjoncture économique. « Cet état d’esprit encourage au projet immobilier de long terme », analyse Stéphanie Pécault.

Les acheteurs veulent « poser leurs valises »

Toutefois, si les acheteurs n’ont jamais semblé aussi motivés, « leur confiance dans la concrétisation de leur projet immobilier est relativement faible (58%) », remarque la responsable des études. Principal frein à l’achat, un choix limité de biens, désormais plus bloquant aux yeux des acquéreurs que des prix trop élevés. La moitié des sondés ne trouvent pas chaussure à leurs pieds. En effet, les acheteurs sont devenus plus exigeants et ne se lancent dans un projet immobilier que sur un coup de cœur et au bon prix.
Par ailleurs l’étude pointe que si les acquéreurs sont davantage friands de biens anciens, ils ne sont pas pour autant prêts à y réaliser de gros travaux. « Ce rejet des travaux vient peut-être du succès des émissions de télévision qui vantent le home-staging [travaux pour mettre en valeur le bien pour la vente, Ndlr]. Aujourd’hui, les acheteurs ont envie de poser leurs valises, ce qui était moins le cas auparavant », analyse Stéphanie Pécault. Ironie du sort, de leur côté, les vendeurs (61%) sont encore loin d’être prêts à relever les manches pour donner un léger coup de neuf à leur logement…

A lire également :
Immobilier : le bon moment pour acheter mais…
L’achat immobilier à deux voix, l’aménagement pour Madame
Premier achat immobilier : les pièges à éviter