Immobilier : les envies contrariées des Français


La maison individuelle avec jardin reste le logement idéal d'une majorité de Français selon une étude Orpi/Ipsos sur le bien logement. Néanmoins, elle constitue un rêve peu accessible, en particulier pour les locataires.

immobilier, maison, orpi, logement, propriété

Les clichés ont la vie dure dans l’imaginaire des Français, en particulier en matière d’immobilier. D’après une étude menée par le réseau d’agences Orpi avec l’institut Ipsos, près de 8 sondés sur 10 (79%) déclarent que la maison individuelle avec jardin représente leur idéal de logement. Une proportion qui monte à 83% pour les Français qui ont un projet d’achat dans les trois ans.

Cependant, ils sont justement peu nombreux à envisager l’acquisition d’une résidence principale, ce qui explique en partie le décalage entre les envies affichées des ménages et le recul constant des ventes de maisons individuelles de constructeurs. Ainsi, 91% des propriétaires interrogés, déjà heureux de posséder leur toit dans une période économique difficile, déclarent ne pas avoir de projet d’achat. Chez les locataires, ils sont 72% à ne pas réfléchir à une acquisition. La faute à des difficultés de plus en plus prononcées pour accéder à la propriété.

Un manque cruel de moyens chez les locataires

Ces entraves à l’accession sont multiples. L’obtention d’un crédit immobilier par exemple reste compliquée pour les ménages aux ressources limitées ou dans une situation professionnelle instable, en dépit de taux d’emprunt qui restent à bas niveau. Mais le problème est plus profond : 78% des locataires ne seraient ainsi pas en mesure d’acheter un logement correspondant à leurs envies. Plus inquiétant encore, ils sont 45% à affirmer ne pas pouvoir réunir plus de 1.000 euros d’apport personnel pour financer leur acquisition. Impossible, dans ces conditions, d’obtenir le crédit immobilier nécessaire à l’achat d’un logement.

Pour les foyers candidats à l’accession à la propriété et capables de réunir un apport personnel plus conséquent, la situation n’est pas forcément meilleure. D’après Orpi, leur apport moyen se situe à 49.000 euros, pour une enveloppe totale de 166.000 euros avec un crédit immobilier. Problème : ils estiment le prix de leur hypothétique logement à 222.000 euros. Cet écart moyen de 56.000 euros est encore plus important encore dans les grandes villes. A Lille par exemple, le budget moyen se situe à 89.000 euros, pour un prix estimé à 206.000 euros… et un prix réel de vente de 216.666 euros !

Au-delà du financement, une majorité de sondés craint d’être démoralisée par la recherche d’un logement, à l’achat ou en location. Près de 6 Français sur 10 (59%) déclarent ainsi penser que se lancer dans un tel projet, et échouer à satisfaire leurs envies, nuira à leur bien-être actuel. Selon Orpi, ce pessimisme est avant tout lié au délai de réalisation des projets. Les personnes interrogées estiment qu’il leur faudra en moyenne près de 3 ans (35 mois) pour finaliser leur opération et même plus à Paris (41 mois) et Marseille (43 mois).