Immobilier : les prix augmentent, les acheteurs s’inquiètent

Partagez

Les prix de l'immobilier repartent à la hausse dans de nombreuses grandes villes. Les acheteurs se sont montrés frileux en mai, les mouvements sociaux et les intempéries freinant leurs projets.

Le mois de mai n’a pas souri aux acheteurs
 

Traditionnellement, les acheteurs fleurissent au printemps sur le marché immobilier. Mais le portail Meilleursagents.com affirme que la bonne dynamique observée depuis début 2016 a quelque peu ralenti au cours du mois de mai. A première vue, on pourrait croire que la hausse des prix n'y est pas étrangère, puisqu'ils augmentent dans plusieurs grandes villes selon le baromètre publié par le site lundi 6 juin 2016.

Dans le détail, les prix ont augmenté significativement depuis le 1er janvier dans plusieurs métropoles, comme Bordeaux (+2,3%), Montpellier (+2%) mais également Paris (+1,9%). Lyon (+1,2%) et Nantes (+0,7%) les voient également se redresser, bien qu'à un rythme moins soutenu. « Les prix continuent de monter presque partout sous l'effet mécanique de la baisse des taux, continue depuis le début de l'année », affirme Meilleursagents.com. Le baromètre LPI-Se loger* publié le 26 mai tempère cependant cette analyse. « Les vendeurs font preuve de plus de modération dans leurs propositions et les prix affichés ont stagnés au cours des trois derniers mois. »

De plus, certaines villes échappent à ce mouvement, en particulier Strasbourg et Nice, où ils s'affaissent respectivement de 2,3 et 1,5% respectivement depuis le début de l'année. De même, ils restent orientés à la baisse à Lille (-0,5%) et Toulouse (-0,4%), tandis qu'ils demeurent plutôt stables à Marseille (+0,2%).

Moins de visites d'acheteurs

Quelle que soit la tendance locale, l'évolution des prix n'explique pas le ralentissement du marché pour Meilleursagents.com. « Si les mises en vente ont été nombreuses et en ligne avec un mois de mai « normal », les acheteurs ont été moins présents qu'au mois précédent », relève-t-il. En cause, « les grèves, blocages et autres pénuries de carburant qui ont impacté négativement l'activité, en particulier les visites d'acheteurs », selon le président du portail Sébastien de Lafond.

De même, la météo n'a pas aidé. La France a enregistré un niveau de pluie record dans le nord et le centre du pays en mai, notamment à Paris ou Orléans. Des intempéries qui ont refroidi les acheteurs avant même les inondations et sinistres qui ont touché une douzaine de départements. « Mais ces difficultés devraient s'estomper et permettre de retrouver la dynamique des derniers mois », positive Sébastien de Lafond. Les vendeurs qui n'ont pas pu conclure en mai ne peuvent que l'espérer.

*Baromètre du marché immobilier à fin avril 2016

A lire également
Achat immobilier : du projet au crédit, comment les Français passent à l'acte



 

les articles les plus lus

1. Comment louer sans discriminer
2. Comment trouver une maison ou un appartement à vendre ?
3. Comment vendre rapidement son appartement ou sa maison sans agence ?
4. Le droit de préemption de la commune, comment ça marche ?
5. Le droit de préemption du locataire

Réseaux Sociaux