Immobilier : les prix baissent en Europe


Selon Eurostat, l'organe statistique de la Commission européenne, les prix des logements ont fléchi de 2,5% sur un an dans la zone Euro à la fin du troisième trimestre 2012. Pour l'ensemble de l'Union européenne, ils reculent de 1,9% et de seulement 1,3% en France.

immobilier, prix, europe, euro

 

Bonne nouvelle pour les nomades et futurs expatriés, les prix de l’immobilier baissent dans la plupart des pays européens. Selon les données diffusées par Eurostat, la direction statistique de la Commission européenne, les prix des logements ont reculé de 2,5% sur un an dans la zone Euro à la fin du troisième trimestre 2012. En prenant en compte les 27 pays de l’Union européenne, la baisse se situe à 1,9%. Elle s’est limitée à 1,3% pour la France, sachant que les prix sont repartis de l’avant entre juillet et septembre 2012, de 0,9% par rapport au deuxième trimestre.

L’impact de la crise de la zone Euro

Sans surprise, cette étude met en lumière la terrible situation des marchés immobiliers des pays de la zone Euro les plus en difficulté. Ainsi, les prix en Espagne dégringolent de 15,2% sur un an, un chiffre qui ne cesse de croître trimestre après trimestre (-12,5% au premier trimestre, -14,4% au deuxième) et qui témoigne de l’explosion de la bulle immobilière de l’autre côté des Pyrénées. Le Portugal connaît de son côté un recul des prix de l’ordre de 7,7%, après -8,3% au deuxième trimestre 2012.

Les pays de la péninsule ibérique ne sont pas les seuls concernés par de brutales baisses des prix. Ainsi, l’Irlande vit également une forte dépréciation du prix de la pierre, qui ralentit toutefois à -9,6% au troisième trimestre, après deux premiers trimestres 2012 à -16,3% et -14,4%. De même, les Pays-Bas traversent également une importante crise du marché immobilier qui contraint les vendeurs à diminuer leurs prétentions pour trouver preneur et cela se voit : les prix tombent de 8,7%, après deux trimestres consécutifs de baisse de plus de 5%. La Slovénie (-5,9%) et la Roumanie (-5,7%) connaissent également des chutes de prix supérieures à 5% dans l’Union.

Le marché italien semble également s’inscrire dans une lourde tendance baissière de long terme, même si les chiffres ne sont pas encore aussi spectaculaires qu’ailleurs : les prix diminuent ainsi de 3,2% au troisième trimestre, après -2,1% et -0,2% lors des deux premiers trimestres de 2012.

Fortes hausses au Luxembourg et en Estonie

En définitive, 13 des 21 pays* pour lesquels Eurostat a pu obtenir des données suffisamment précises vivent une dépréciation des valeurs immobilières. Si certains pays arrivent à maintenir une relative stabilité des prix comme la Belgique et le Royaume-Uni (+1,8%), seuls deux membres de l’Union européenne attestent de franches hausses de prix à même d’attirer un investisseur à la recherche de plus-values. En Estonie, les prix progressent ainsi de 8,4% au troisième trimestre 2012, après des hausses supérieures à 7% lors des deux premiers trimestres. Plus intéressant pour nos compatriotes, le marché luxembourgeois est également particulièrement haussier : les prix y augmentent de 7,1%, après +4,3% au deuxième trimestre 2012 et +5,4% au premier.

*Eurostat ne fournit pas de données pour les pays suivants : Allemagne, Grèce, Chypre, Autriche, Hongrie et Pologne

 

A lire également sur le sujet :

J’achète à l’étranger, dois-je prendre un notaire en France ?

L’immobilier français parmi les plus surcotés au monde