Immobilier : loyers en baisse dans la majorité des villes

Partagez

Les loyers du marché locatif privé diminuent dans 16 des 20 plus grandes villes de France début 2015 selon l'observatoire Clameur, en particulier à Paris ou Nice. Cette baisse des prix à la location s'accompagne d'un léger regain d'activité, qui reste cependant à confirmer.

 
Les loyers baissent en début d'année 2015


2015 démarre plutôt bien pour les locataires. D'après les données présentées par l'observatoire privé des loyers Clameur mardi 10 mars 2015, les prix à la location ont diminué de 0,9% sur un an en moyenne en ce début d'année. Une tendance qui s'explique notamment par un effet de saisonnalité, les loyers ayant tendance à plus facilement diminuer durant les mois d'hiver, lorsque l'activité du marché est plus limitée. Clameur note toutefois que « le recul est rapide cette année, à un rythme comparable à celui qui s'était observé en 2013 à la même époque ».

Des baisses à Paris, Lille et Lyon

Dans le détail, la majorité des grandes villes profitent de ce recul des prix à la location. Certaines métropoles affichent des baisses conséquentes, notamment Paris (-3,5%, 24,4 euros/m²) et Nice (-3,4%, 14,6 euros/m²). D'autres grandes villes connaissent un fléchissement des loyers, comme Lille (-1,1%, 13,6 euros/m²), Nantes (-0,8%, 12,3 euros/m²) ou encore Lyon (-0,5%, 13 euros/m²). Ailleurs, les baisses sont plus contenues, en sachant que les loyers restent stables à Marseille (12,5 euros/m²) et augmentent au Mans et à Reims.
 

Evolution des loyers dans les dix plus grandes villes de France
Villes Loyer au mètre carré Variation 2014 Variation 2015
Nice  14,6 euros 2,5% -3,4%
Lyon  13 euros 2,1% -0,5%
Paris 24,4 euros 2,8% -3,5%
Toulouse 12 euros 0,3% -0,2%
Nantes 12,3 euros 1,9% -0,8%
Strasbourg 12,7 euros 1,3% -0,4%
Montpellier 14 euros 0,9% -0,1%
Bordeaux 12,7 euros 2% -1,3%
Marseille 12,5 euros 0,6% 0%
Lille 13,6 euros 2,1% -1,1%
Source : Clameur - Variation 2015 sur un an à fin février


Outre ces tendances locales, Clameur note que les prix à la location des studios et une pièce ainsi que des deux pièces reculent sensiblement début 2015, de 2 et 1,8% respectivement. Cette variation affecte fortement l'évolution moyenne des loyers, puisque ces types de biens représentent plus de la moitié du marché locatif. A l'inverse, les loyers des logements plus grands sont orientés à la hausse : si les tarifs des trois pièces cèdent 0,2%, ceux des quatre pièces gagnent 1,8% tandis que les loyers des cinq pièces grimpent de 3,5%.

Plus d'activité, pas plus d'entretien

S'ils peuvent être déçus de l'évolution des loyers, les propriétaires-bailleurs ont tout de même de quoi sourire. Clameur souligne en effet une reprise d'activité sur le marché locatif, symbolisée par une plus forte mobilité des habitants. Celle-ci s'établit à 28,9%, « un niveau comparable à celui qui se constatait habituellement en début d'année avant la grande dépression des années 2008-2009 ». Tout le monde ne profite cependant pas de cette tendance : si la mobilité des locataires s'accroît sensiblement en Auvergne, en Bourgogne ou dans les Pays de la Loire, elle continue de chuter à Paris (16,7%).

En revanche, les bailleurs se montrent toujours peu enclins à engager des travaux d'amélioration et d'entretien. « 16,5% des logements reloués ont bénéficié de gros travaux d'amélioration et d'entretien avant leur remise en location en 2014 », note l'observatoire privé. Début 2015, ce ratio est tombé à 12%, loin de sa moyenne de long terme (23,2% sur la période 1998-2015). Enfin, la vacance locative continue de monter : « Le niveau actuel de la vacance, près de 8 semaines en moyenne, équivaut chaque année à une perte de 4,3% des loyers perçus », souligne Clameur à cet égard.


A lire également
Les clauses abusives d'un bail de location
Le propriétaire doit justifier les charges locatives réclamées



 

Un service LeBonBail, votre contrat de bail en ligne

Réseaux Sociaux