Immobilier : quel budget pour quel logement ?


Que peut-on acheter en province avec un budget de 80.000 euros ? Peut-on devenir propriétaire en région parisienne avec un budget inférieur à 250.000 euros ? Les notaires de France apportent leur éclairage pour illustrer concrètement l'évolution des prix.  

immo-lyon-fourviere

Les statistiques des notaires sur le bilan du marché immobilier en 2014 sont désormais connues. Mais pour les particuliers, les variations annuelles et autres et les prix au mètre carré peinent à correspondre à leurs démarches. La rengaine est connue : on achète un logement, un nombre de pièces et pas des mètres carrés. Pour aider à visualiser un peu mieux le niveau des prix immobiliers en cette fin d’année, les notaires de France ont donné des exemples de biens disponibles à l’achat en fonction du budget de l’acquéreur, en marge de leur bilan présenté jeudi 4 décembre.

Des budgets très variables en province

Dans le détail, les exemples donnés par les notaires montrent qu’il est possible d’acheter sans se ruiner. Ainsi, plusieurs types de biens sont disponibles en province dans un budget limité à 80.000 euros, y compris des maisons (voir ci-dessous). Un constat qui choquera les habitués du marché parisien, où les prix atteignent des niveaux incomparables avec le reste du pays. Mais la France n’est pas Paris et là où les acheteurs sont peu présents, les prix sont beaucoup plus bas. « On m’explique même qu’on trouve des maisons dans le Cher qui se vendent 15.000 euros », assure Thierry Thomas, notaire à Rezé en Loire-Atlantique.

A l’opposé, certaines grandes villes ne sont pas accessibles pour les petits budgets. Comptez sur 250.000 euros pour un appartement de trois pièces à Nice par exemple. De même, une famille nombreuse (trois ou quatre enfants) qui veut se loger dans Lyon même devra débourser un demi-million d’euros pour trouver un appartement de cinq pièces dans la capitale des Gaules.

budget-notairesprovince-fin2014

La spécificité francilienne

Les notaires de Paris – Ile-de-France ont réalisé le même exercice pour la région francilienne. Sans surprise, la donne est bien différente : les 150.000 euros qui permettent d’acheter un trois pièces à Strasbourg ou Toulouse suffisent tout juste à acheter un studio dans un des arrondissements les plus abordables de la capitale, à savoir le XVIIIème. En dehors de la capitale, ce budget donne accès à un trois-pièces à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis ou encore un quatre pièces à Evry dans l’Essonne.

Surtout, le budget le plus élevé retenu dans les exemples (500.000 euros) n’ouvre pas tant de possibilités que cela en Ile-de-France. Il permet de se loger très confortablement en banlieue parisienne et de trouver une maison de cinq pièces à Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne par exemple. Mais ne comptez pas trouver une maison dans les Hauts-de-Seine à ce prix-là. De même, pour devenir propriétaire dans Paris intra-muros, il faudra viser au mieux un appartement de trois pièces dans le IXème ou le XVème.

budget-notairesidf-fin2014