L’achat immobilier, un rêve persistant face à la réalité de la crise


Les acquéreurs potentiels sont plus nombreux et une bonne partie d'entre eux estime que c'est le moment de se lancer. Mais l'attente d'une baisse des prix et la conjoncture économique freinent les décisions.

achat, immobilier, prix

 

Bonne nouvelle pour le marché immobilier, les acheteurs sont plus que jamais présents. D’après le dernier observatoire du moral immobilier, proposé par Logic-immo.com avec TNS Sofres, le nombre d’acheteurs potentiels remonte à trois millions, « prenant à contre-pied les prédictions de repli du marché immobilier » selon Stéphanie Pécault, responsable études et marketing de Logic-immo.com. En parallèle, le nombre estimé de vendeurs reste stable à deux millions.

Les taux de crédit immobilier poussent à l’optimisme

Surtout, les acheteurs potentiels se montrent plus optimistes qu’en fin d’année 2012. Ainsi, 61% des sondés estiment que c’est le moment d’agir et d’acheter, en particulier pour profiter des taux de crédit immobilier particulièrement bas, malgré un léger resserrement des conditions d’octroi par les banques. La question du crédit immobilier reflète d’ailleurs assez bien le dilemme rencontré par de nombreux particuliers : si 77% des interrogés considèrent que les taux de crédit sont « attractifs », et donc que le moment est propice à l’achat, 48% d’entre eux jugent que les prêts à l’habitat restent difficiles à obtenir, ce qui entraîne des reports de projets, faute d’un dossier assez solide pour obtenir un financement.

Les prix élevés restent un frein pour les acheteurs

Malgré une stabilisation de la situation financière personnelles des sondés dans 67% des cas (amélioration pour 19%, détérioration pour 14%), les blocages demeurent présents dans l’esprit des acheteurs. 56% d’entre eux estiment que le choix de biens sur le marché est trop limité et six sur dix jugent les délais trop longs « pour trouver un bien qui leur correspond ». Les recherches sont donc plus longues et plus fastidieuses, un problème pour les acheteurs, en particulier pour les 62% qui s’attendent à une dégradation de la conjoncture économique nationale.

Surtout, les Français candidats à l’accession à la propriété continuent en majorité (51%) d’attendre une baisse des prix plus significative pour se lancer. Dans le détail, une baisse inférieure à 5% sera suffisante pour 37% des sondés, tandis qu’une proportion similaire espère un recul des prix situé entre 5 et 10%. En définitive, 56% des interrogés affirment croire véritablement à l’aboutissement de leur projet immobilier dans les six prochains mois. Parmi les sceptiques, les prix trop élevés sont cités comme raison n°1 de l’échec de leur achat (69% des sondés), devant la difficulté à trouver un bien correspondant à leurs attentes (53%) et la difficulté à vendre avant d’acheter (20%).

 

A lire également sur le sujet :

Le pouvoir d’achat immobilier grandit malgré la déprime

L’achat immobilier plus intéressant que la location à long terme

Crédit immobilier : le maintien des taux à bas niveau « plus que probable »