L’encadrement des loyers pourrait entraîner une baisse de 9% des loyers à Paris


Les loyers parisiens pourraient baisser de 9% en moyenne grâce à l'encadrement des loyers, selon une étude de la start-up spécialisée dans l'open data et la recherche immobilière Home'n'go. Près de la moitié des loyers pratiqués entre le 1er janvier et le 31 juillet 2015 excèdent les limites du dispositif.  

Les loyers parisiens encadrés pourraient chuter de 9%

L’encadrement des loyers va-t-il finir par payer pour les locataires parisiens ? C’est ce qu’estime le site Home’n’go dans une étude dévoilée lundi 7 septembre 2015. La start-up spécialisée dans l’utilisation de données pour la recherche immobilière avance que les loyers parisiens pourraient baisser de 9% grâce au dispositif entré en vigueur le 1er août dans la capitale.

Diminution mécanique

Ce recul programmé des prix à la location dans Paris intra-muros s’explique assez simplement. L’étude affirme ainsi que les loyers parisiens « sont en moyenne 22% supérieurs aux loyers de référence mis en place ». Or, le dispositif ne permet pas d’excéder ces références de plus de 20%, sauf à appliquer un complément de loyer spécifique aux caractéristiques du bien.

Et pour cause : près de la moitié des locations conclues entre juillet 2014 et 2015 dépassent les plafonds (48,9%). Une proportion validée par l’analyse d’un autre acteur de l’immobilier puisque d’après le portail Meilleursagents.com, 46% des locations parisiennes conclues entre le 1er janvier et le 31 juillet se situent plus de 20% au-delà des loyers de référence. D’où la diminution escomptée, afin que les loyers les plus élevés rentrent dans les clous de l’encadrement des loyers.

Une prévision sujette à caution

Sans surprise, les loyers des studios parisiens sont les plus susceptibles de baisser. Home’n’go envisage un recul de près de 15% pour un appartement d’une pièce loué vide, contre 7,1% pour un deux pièces et environ 6% pour les trois et quatre pièces.

Reste que les prévisions de cette étude devront être confirmées dans le temps. A ce titre, la jurisprudence attendue autour du complément de loyer devrait aider à définir l’amplitude de la baisse des prix à la location. Défini de façon floue par la loi, il pourrait permettre aux bailleurs de contourner plus facilement les limites du dispositif et contrecarrer la diminution des loyers. A l’inverse, une interprétation particulièrement stricte forcerait certains bailleurs à s’y conformer… ou à aller voir ailleurs.

A lire également sur l’encadrement des loyers 
La carte interactive de l’encadrement des loyers à Paris publiée sur Internet
Quels recours pour le locataire ?
Interview : « L’encadrement des loyers doit éradiquer les abus »