L’Euro 2016, une opportunité à saisir pour la location de vacances


L'Euro 2016 de football, une occasion de se faire un peu d'argent ? Oui, si vous habitez une des villes hôtes de l'événement et que vous pouvez mettre votre logement en location temporaire entre le 10 juin et le 10 juillet.  

Vous vivez à Lille, Lyon ou encore Bordeaux et partez en vacances en juin ? Alors vous avez peut-être une chance de les financer à moindre coût en louant votre logement pendant l’Euro 2016. En effet, le championnat d’Europe des Nations, qui se déroule en France du 10 juin au 10 juillet, pousse les prix des locations de vacances à la hausse d’après le comparateur Likibu.com. Et dans certaines villes qui accueillent l’événement*, ce n’est pas une hausse mais une véritable envolée des tarifs qui est observée.

Le chiffre : +54%. La hausse moyenne des tarifs des locations de courte durée durant l’Euro 2016.

70 euros la nuitée à Lille en moyenne

Les Lillois habitués à proposer leur bien sur Airbnb et autres plateformes dédiées ont notamment une carte à jouer, le prix d’une nuitée ayant explosé de 70%** pour atteindre 70 euros par personne en moyenne. Il atteint même 74 euros pour le match Suisse-France qui se tiendra le 19 juin. Selon l’étude dévoilée mercredi 20 avril, même la Braderie de Lille ne soutient pas la comparaison (62 euros en moyenne les 3 et 4 septembre) avec l’évènement de l’année sur la planète football.

Après la Capitale des Flandres, Toulouse connaît la plus forte hausse des tarifs de location saisonnière (+60%). Pour une location d’une nuit, un loueur propose 44 euros par personne, et même 47 euros le jour du match Russie – Pays de Galles (20 juin).

Pour aller plus loin : Airbnb, BlaBlacar, Ouicar… quelle assurance pour l’économie collaborative ?

Plutôt Lyon que Bordeaux pour les fans de foot

Pour les supporteurs, la Ville Rose reste cependant bon marché en comparaison de sa voisine bordelaise (62,50 euros, +52%). Les amateurs de ballon rond lui privilégieront d’ailleurs Lyon : se loger leur coûtera un peu moins cher (57,50 euros, +53%), même si le prix de la nuitée pour assister à Belgique – Italie le 13 juin atteint 60 euros. Un tarif toujours moins sévère que celui enregistré pour le match Autriche – Hongrie le 14 juin à Bordeaux (66 euros). L’étude ne le précise pas, mais un tel niveau de prix laisse imaginer ce qu’il en sera pour un match autrement plus intéressant comme Croatie – Espagne le 21 juin.

De même, les supporteurs au budget limité se tourneront sans doute plus facilement vers Saint-Denis (31,50 euros, +31%) que Paris (60 euros, +12%). Enfin, ceux qui veulent combiner football et bord de mer pourront s’intéresser à Marseille (38,50 euros, +28%) ou Nice (44,50 euros, +16%). L’occasion d’assister à Angleterre – Russie le 11 juin pour les premiers ou Espagne – Turquie le 17 juin pour les seconds.

A savoir : Si vous préférez l’hôtel, vous le paierez cher : une étude UFC – Que Choisir affirme que les prix gonflent de 80% en moyenne lors de l’Euro 2016.


*Lens et Saint-Etienne ne sont pas retenues par l’étude (moins de 150 logements proposés à la location)

**En comparaison aux prix relevés entre un mois et une semaine avant le début de l’Euro 2016. Etude effectuée du 11 au 18 avril.

Les loueurs trouveront preneurs

Selon l’étude, « le taux d’occupation des locations de vacances est très élevé pendant la compétition avec un taux moyen de 88%. C’est en moyenne 10 points de plus que pour des périodes équivalentes hors compétition ». A ce titre, les loueurs parisiens s’en sortent le mieux (92%), loin devant Toulouse (80%) et Saint-Denis (70%).

likubu-occupation-euro