La baisse des loyers n’a pas profité à tout le monde


Les prix à la location des biens gérés par le réseau Century 21 ont légèrement fléchi en 2015, malgré quelques poussées à la hausse à Strasbourg et Montpellier ainsi que sur les studios dans les grandes villes. Les loyers parisiens augmentent également, à l'exception des deux pièces.  

Les loyers ont reculé en 2015, malgré des poussées sur Paris et les studios

Les locataires s’en sont tirés à bon compte en 2015. C’est tout cas l’analyse livrée par le réseau d’agences immobilières Century 21 : selon des données diffusées le 19 février 2016, les prix à la location des studios dont la gestion a été confiée à l’enseigne ont ainsi fléchi de 1,2% en moyenne nationale, tandis que ceux des quatre pièces ont reculé de 1,5%. Les loyers des appartements de deux et trois pièces diminuent également mais dans des proportions moindres (-0,7 et -0,3% respectivement). « Les bailleurs privilégient la solvabilité de leurs locataires plutôt que la rentabilité de leur investissement », analyse le réseau.

Les maisons (+0,8%) et surtout les appartements de cinq pièces et plus (+6,1%) font exception. Dans le cas des grands logements collectifs, il faut toutefois souligner que les cinq pièces et plus ne représentent que 1,8% des biens sous gestion de Century 21.

Pas d’aubaine pour les locataires parisiens

Malgré la tendance nationale, certaines villes n’échappent pas aux augmentations de loyers. A Strasbourg, les prix à la location ont ainsi gagné 0,9% pour les studios (340 euros par mois), 1,5% pour les deux pièces (471 euros), 2,4% pour les trois pièces (598 euros) et même 4,5% pour les quatre pièces (722 euros). « Les loyers ont augmenté alors même que les surfaces moyennes par types de biens sont inférieures à celles observées en 2014 », ajoute Century 21. A Montpellier, les revalorisations varient de 1,4% pour les T2 (520 euros) à 4,3% pour les T4 (800 euros), le coût de la location d’un studio restant pour sa part stable à 389 euros.

Surtout, les loyers sont orientés à la hausse à Paris. Les studios se négocient à 702 euros par mois (+1,9%) et les prix culminent à 1.500 euros pour les trois pièces (+3,7%) et 2.000 euros pour les quatre pièces (+6%). En revanche, les deux pièces se distinguent avec un recul de 1,1%, à 1.029 euros. « Il semblerait que les propriétaires bailleurs, anticipant les contraintes liées à l’encadrement des loyers [en vigueur depuis le 1er août 2015, Ndlr], aient appliqué la fourchette haute des niveaux autorisés par la loi », avance Century 21 qui pointe également « des surfaces louées légèrement supérieures à celles de 2014 ». Autour de la capitale, les prix à la location sont restés plus sages : les appartements de deux, trois et quatre pièces cèdent 0,1% (697, 892 et 1.042 euros respectivement) alors que le loyer des studios franciliens s’apprécie de 1,1% à 536 euros.

Des studios plus chers dans les grandes villes

Dans les autres grandes agglomérations, la baisse des loyers domine. Néanmoins, et bien qu’ils soient orientés à la baisse en moyenne nationale, les prix à la location des studios progressent dans les métropoles : outre les hausses observées à Montpellier, Paris et Strasbourg, ils gagnent 1,2% à Marseille (434 euros), 1,8% à Bordeaux (496 euros), 3% à Lyon (446 euros) et même 5,8% à Bordeaux (427 euros). Autant dire que pour une bonne partie des locataires, la baisse des loyers est restée virtuelle en 2015.

Le tableau suivant récapitule les variations de loyers relevées par Century 21 en 2015 :

Evolution des loyers par villes et types de biens en 2015
  Studio Deux pièces Trois pièces Quatre pièces
Paris 702 euros (+1,9%) 1.029 euros (-1,1%) 1.500 euros (+3,7%) 2.000 euros (+6%)
Ile-de-France 536 euros (+1,1%) 697 euros (-0,1%) 892 euros (-0,1%) 1.042 euros (-0,1%)
Lyon 446 euros (+3%) 554 euros (-0,4%) 685 euros (-0,3%) 845 euros (-0,5%)
Marseille 434 euros (+1,2%) 572 euros (+2%) 710 euros (-1,7%) 843 euros (-4,4%)
Strasbourg 340 euros (+0,9%) 471 euros (+1,5%) 598 euros (+2,4%) 722 euros (+4,5%)
Montpellier 389 euros (-) 520 euros (+1,4%) 660 euros (+2,3%) 800 euros (+4,3%)
Bordeaux 427 euros (+5,8%) 504 euros (-0,2%) 621 euros (-2,5%) 728 euros (-1,6%)
Nice 496 euros (+1,8%) 655 euros (-0,8%) 917 euros (-1,8%) 1.269 euros (-3,5%)
Moyenne nationale 439 euros (-1,2%) 553 euros (-0,7%) 682 euros (-0,3%) 807 euros (-1,5%)
Source : Century 21

 

Des nouveaux locataires plus âgés mais avec moins de moyens

Dans son analyse, Century 21 détaille également le profil des locataires entrés dans les lieux l’année passée. Deux phénomènes se dégagent en particulier. Le réseau note ainsi une forte chute des revenus, allant de 2,7% pour les occupants d’un studio (2.069 euros par mois) à 19,7% pour les locataires d’un trois pièces (2.338 euros). Selon l’enseigne, ces niveaux de revenus reviennent à un niveau normal après une forte hausse en 2014.

Autre évolution intéressante, les locataires sont de plus en plus vieux. 9,7% d’entre eux sont âgés de 60 ans et plus, une proportion en hausse de 16,9% par rapport à 2014 et qui ne cesse de progresser depuis quatre ans. « La proportion des 50-60 ans augmente également de 7,7% », cette population comptant pour 8,4% des locations enregistrées par le réseau l’an passé. Pour autant, la location reste avant tout une affaire de jeunes, près d’un occupant sur deux (48,6%) étant âgé de moins de 30 ans.