La baisse des prix de l’immobilier ancien continue en 2013


Selon les Notaires de France, les prix de l'immobilier ancien devraient continuer à baisser en France au moins jusqu'en mai 2013 et y compris à Paris.

immobilier, ancien, prix, notaires

 

S’il est difficile de prédire l’avenir du marché de l’immobilier ancien en France, il est clair que les prix sont orientés à la baisse. C’est en tout cas ce qu’affirment les Notaires de France, qui ont présenté quelques perspectives pour l’année 2013 jeudi 4 avril. Les adjudicateurs sont revenus sur les chiffres déjà connus de 2012, que ce soit pour le marché national ou celui de l’Ile-de-France. Ils ont également abordé plus en détail l’évolution des prix attendue dans les prochains mois.

Paris se rapproche du 8.000 euros/m²

Bonne nouvelle pour les acquéreurs potentiels, les tendances notées sur les avant-contrats à fin mars 2013 plaident en faveur d’une poursuite de la baisse des prix. A Paris, le prix moyen du mètre carré, qui a légèrement augmenté sur le mois de janvier 2013 à 8.320 euros/m², devrait continuer à reculer pour se fixer à 8.080 euros/m² au mois de mai 2013, revenant ainsi à un niveau de prix équivalent à celui constaté à la fin du premier semestre 2011. Comparé au point haut de 8.460 euros/m² atteint à l’été 2012, cela marquerait une baisse des prix de l’ordre de 4,5%.

« La baisse prédomine mais elle n’est pas générale et reste contrastée » entre les différents arrondissements de la capitale et dans la région Ile-de-France en général, note cependant Frédéric Dumont, notaire à Montreuil (93). Le recul des prix reste tout de même plus que bienvenu : sur 10 ans, le prix moyen du mètre carré parisien a augmenté de 132% à fin 2012 et de 115% pour l’ensemble de la région Ile-de-France, à 5.510 euros/m².

A lire : l’analyse complète de l’évolution des prix de l’immobilier ancien en 2012 en Ile-de-France et à Paris

En province, la tendance est relativement comparable puisque, sur la base des avant-contrats à fin mars 2013, les notaires anticipent un recul des prix des appartements anciens de l’ordre de 4,7% entre mai 2012 (point haut de l’indice des prix) et mai 2013. Là encore, la tendance à la baisse est bienvenue pour certaines agglomérations comme Bordeaux et Lyon, où les prix des appartements anciens ont pris respectivement 151 et 138% en 10 ans à fin 2012. Des statistiques à comparer avec les progressions de prix les moins fortes observées à Rennes et Reims (+65%) sur cette même période.