La baisse des prix immobiliers n’en est qu’à ses débuts


Les prix de l’immobilier reculent mais le marché français continue de résister, selon la dernière étude sur le sujet de l’agence de notation Standard & Poor’s, publiée vendredi 26 juillet 2013. Alors que S&P annonçait un recul de 5% en 2013 et 2014 lors de sa précédente analyse, l’agence table désormais sur un repli de l’ordre de 4%. Elle souligne également que les prix de l’immobilier résidentiel restent très élevés dans l’Hexagone. La baisse des prix « lente et graduelle » devrait cependant se poursuivre dans un marché qui est « seulement au tout début d’une phase de correction ».

 

Standard & Poor’s juge que les taux de crédit immobilier très bas ainsi que la volonté affichée par les institutions financières de soutenir la demande – volonté soulignée par un endettement plus important des ménages qui achètent – soutiennent le marché immobilier et limitent la baisse des prix. A ces facteurs conjoncturels s’ajoute le déficit structurel de l’offre de logements, qui demeure trop faible pour répondre à la demande.

Cette résistance du marché, couplée à une hausse de la pression fiscale, devrait également se traduire par une persistance des difficultés rencontrées par les primo-accédants à la propriété. Sur ce point, Standard & Poor’s rejoint l’analyse de l’Observatoire du financement des marchés résidentiels, qui pointe depuis plusieurs mois l’exclusion progressive des ménages les plus jeunes et les plus modestes de l’accession à la propriété.