La transition écologique, « point cardinal » de la politique du Logement


Cécile Duflot est revenue sur son objectif de rénovation thermique de 500.000 logements par an à l'occasion de ses vœux à la presse. Avec pour objectif que tous les Français vivent dans des bâtiments basse consommation en 2050.

duflot, renovation, thermique, transition, ecologique

 

« Ni un totem, ni un mot refuge », la transition écologique sera « le point cardinal » de la politique du Logement menée par Cécile Duflot, comme elle l’a expliqué durant ses vœux à la presse lundi 21 janvier.

La ministre du Logement a présenté à ce sujet deux objectifs clairs. Le premier, immédiat, est d’engager la rénovation thermique de 500.000 logements par an, un objectif déjà annoncé en 2012 et revu à la baisse par rapport à l’ambition initialement affichée d’un million de rénovations de logements anciens par an. Le second objectif, qui découle de ce programme de rénovation, est de faire en sorte « qu’en 2050 toutes les Françaises et les Français vivent dans des bâtiments à basse consommation ».

Cette date n’a pas été choisie au hasard par la ministre : « 75% des logements de 2050 sont déjà construits », estime Cécile Duflot. Si l’enjeu est bien évidemment environnemental, il est aussi financièrement très concret pour les locataires et propriétaires puisqu’il s’agit de « réduire efficacement les charges qui pèsent sur les citoyens ». La ministre a par ailleurs expliqué que dans toutes les opérations de rénovation ou de réhabilitation, 1% du budget sera réservé « pour l’action des habitants, qu’ils souhaiteront mettre en œuvre eux-mêmes », une sorte de « 1% citoyenneté » comme elle l’a appelé. « Il faut rendre du pouvoir aux habitants », a-t-elle poursuivi sans toutefois rentrer dans les détails de ce dispositif.

Par ailleurs, Cécile Duflot a rappelé que le produit des cessions de quotas-carbone sera affecté à la lutte contre l’habitat insalubre et indigne et qu’un guichet unique de la rénovation sera mis en place pour orienter propriétaires, bailleurs et copropriétaires dans leurs démarches de rénovation. La ministre n’a en revanche pas abordé la question du financement de ces rénovations. Précédemment, un système de « tiers-financement » avait été évoqué, dans lequel un tiers prêterait des fonds au propriétaire ou paierait lui-même pour les travaux, avant de se refinancer sur les économies d’énergie générées par ces travaux.

 

A lire également sur le sujet :

Copropriétés, les obstacles à la rénovation thermique sont nombreux

Ce que change la RT 2012 pour les particuliers au 1er janvier 2012