Le Censi Bouvard finalement prolongé jusqu’en 2016

Par Thibault Fingonnet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Malgré la volonté de députés socialistes et écologistes d’évaluer plus précisément l’impact du dispositif d’investissement locatif Censi Bouvard, ce dernier a été finalement prolongé jusqu’en 2016, comme voulu par le gouvernement.

censi, bouvard, prolongation

 

L’opinion du gouvernement l’a finalement emporté sur les velléités des députés. Le dispositif Censi Bouvard, qui ouvre droit à une réduction d’impôt étalée sur neuf ans et de l’ordre de 11% du montant de l’investissement consenti en LMNP (Loueur meublé non professionnel) dans des résidences de services, a été maintenu jusqu’en 2016. La reconduction du dispositif, proposée par le gouvernement par un amendement au Budget 2013 voté à l’Assemblée nationale, concerne tous les types de résidences de services : les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les résidences d’affaires, de tourisme, étudiantes ainsi que les résidences destinées à l’accueil de personnes âgées et/ou handicapées.

Ne pas créer d’incertitudes chez les investisseurs

Les députés écologistes Eva Sas et Eric Alauzet avaient noté que le Censi Bouvard « n’a jamais fait l’objet d’une évaluation présentée au Parlement » afin de justifier une prolongation du dispositif limitée à une année. Ils avaient estimé qu’une prolongation de quatre ans rendrait difficile une telle évaluation et la suppression éventuelle du dispositif d’investissement dans l’immobilier locatif. Les députés Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pouvaient s’appuyer sur le soutien du rapporteur général de la commission des finances de l’Assemblée nationale Christian Eckert. Le député socialiste de Meurthe-et-Moselle a notamment plaidé pour une évaluation d’ici un an et jugé que le dispositif ne devait pas être « gravé dans le marbre ».

La mesure a été cependant défendue dans l’Hémicycle par le ministre délégué à la consommation, Benoît Hamon, qui représentait le gouvernement. Il a notamment fait valoir que « la prorogation d’un an pourrait créer une forme d’instabilité et d’incertitude nuisible à l’investissement dans le domaine de la production de logements ». Le président de la commission des finances Gilles Carrez (UMP) a également défendu la prolongation du Censi Bouvard, expliquant que « les besoins en résidences pour les personnes âgées ou pour les étudiants sont énormes » et que les investisseurs ont besoin de « visibilité ».

ARTICLES CONNEXES
Menu