Le pouvoir d’achat immobilier encore en hausse en février 2013


Le courtier en crédit immobilier Meilleurtaux.com souligne dans son baromètre des taux de février une baisse quasi-généralisée des taux négociés dans les grandes villes françaises. Le pouvoir d'achat immobilier des acheteurs évolue favorablement dans 7 villes sur 10.

immobilier, pouvoir, achat, taux, interet, prix

La baisse des taux de crédit immobilier n’est toujours pas finie selon le courtier Meilleurtaux.com. Une aubaine pour les acquéreurs potentiels qui disposent, pour les meilleurs dossiers, de taux négociés compris entre 2,70% et 3,15% à 20 ans.

Dans son baromètre des taux de crédit immobilier dans les 10 plus grandes villes de France, Meilleurtaux.com dresse un état des lieux de l’immobilier ancien très positif pour les acheteurs. La diminution des taux, observée entre le 1er et 10 février, conjuguée à une stabilisation ou une diminution des prix dans la plupart des grandes villes, aboutit mécaniquement à une augmentation du pouvoir d’achat immobilier des acquéreurs. La tendance du marché en 2012 se poursuit donc puisque Meilleurtaux avait pointé en janvier 2013 une hausse du pouvoir d’achat immobilier dans ces grandes villes allant de 5 à 20% sur les 12 derniers mois.

Une pièce supplémentaire à Marseille

A Marseille, où les taux sont descendus à 2,79% sur 20 ans pour les meilleurs dossiers et les prix au m2 ont baissé à 2.498 euros, les futurs propriétaires voient leur pouvoir d’achat augmenter très fortement sur une année. Ils peuvent désormais, pour une capacité de remboursement mensuel de 1.000 euros, contracter un prêt de 183.775 euros et acheter un bien d’une surface de 73,6 m2. « Pour 1.000 euros de mensualité sur 20 ans, un couple avec 3.000 euros de revenus peut emprunteur 23.000 euros de plus qu’il y a un an (183.775 euros contre 160.796 euros) et acheter ainsi une pièce supplémentaire de 14 m2 (73,6 m2 contre 57,8 m2) », poursuit le courtier.

En tête du classement du baromètre devant Marseille, Strasbourg voit pour son pouvoir d’achat immobilier stagner (+0,2 m2), avec une capacité d’emprunt pour 1.000 euros de mensualité qui atteint 185.288 euros, soit le prix moyen d’un logement de 80,2 m2. Malgré une baisse des taux de crédit de 0,05 point à 2,70% à 20 ans, les acquéreurs pâtissent d’une légère remontée de prix de l’immobilier, à 2.310 euros le m2. Nantes, qui complète le podium, voit la capacité d’emprunt des acheteurs augmenter à 183.508 euros (67,8 m2), de même que Montpellier (181.217 euros, 62,5 m2), Lyon (179.500 euros, 49,6 m2), Paris (178.694 euros, 20,8 m2), Toulouse (177.893 euros, 70,2 m2) et Nice (177.893 euros, 47,2 m2), qui ferme le classement. A l’inverse, les villes de Lille et Bordeaux subissent une baisse du pouvoir d’achat immobilier à respectivement 181.949 euros (65,2 m2) et 180.311 (61,2 m2).

Pas de baisse des taux dans l’immédiat

Précisant que seules 3 villes sont touchées par de « faibles hausses de prix », Meilleurtaux se montre positif pour l’avenir immédiat des acquéreurs. En effet, si « les prix résistent en raison de la demande soutenue dans un contexte d’offre de biens limitée, constate le courtier, (…) une accalmie a pu être observée ces derniers mois ». Parallèlement, les taux devraient rester bas, selon la responsable des études économiques du groupe Sandrine Allonier. « Si les meilleurs taux actuellement proposés restent orientés à la baisse, quelques banques ont augmenté leurs taux en février… Mais cela n’augure en rien d’une remontée massive des taux pour l’instant… Nous restons dans une période de taux exceptionnellement bas », précise-t-elle. L’amélioration du pouvoir d’achat immobilier pourrait ainsi se poursuivre au premier semestre 2013.