Le pouvoir d’achat immobilier orienté à la hausse en 2013


Plus de foyers sont en capacité d'acheter un logement correspondant à leurs besoins, selon le baromètre Capacim pour le premier trimestre 2013. Cette tendance globale masque quelques disparités, en province notamment.

immobilier, pouvoir, achat, paris, province

Les prix de l’immobilier s’orientent à la baisse, les taux de crédit immobilier sont au plancher et les ménages ont en conséquence de plus grandes marges de manœuvre pour acheter. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut tirer du dernier baromètre Capacim (Capacité d’achat immobilier) proposé par la chaire Ville et Immobilier de l’université Paris-Dauphine, en partenariat avec le Crédit foncier. Le baromètre établi pour le premier trimestre 2013 témoigne en effet d’un pouvoir d’achat immobilier en augmentation globale, que ce soit à Paris, en Ile-de-France ou dans les grandes villes de province.

En hausse sur un an à Paris et en Ile-de-France

Dans la capitale, 33,4% des foyers franciliens sont jugés en capacité d’acquérir un logement correspondant à leurs besoins, contre 32,7% un an auparavant. Le pouvoir d’achat immobilier recule légèrement entre la fin d’année 2012 et le début d’année 2013 cependant puisque 33,6% des ménages étaient considérés capables de devenir propriétaire d’un logement adapté à leur foyer sur le quatrième trimestre 2012.

Le pouvoir d’achat des ménages d’Ile-de-France augmente quant à lui de 3,8% en moyenne sur un an. Ainsi, 53,4% des foyers franciliens ont la possibilité d’acquérir un bien qui leur correspond d’après le baromètre, un pourcentage en hausse par rapport au premier trimestre 2012 (51,7%) de même que comparé aux trois derniers mois de l’année dernière (53,1%).

Sur un an, le pouvoir d’achat progresse dans 18 des 19 villes d’Ile-de-France recensées : seule Boulogne –Billancourt fait exception (-0,2%). Les communes de Fontainebleau (+8,4%), Saint-Germain-en-Laye (+7%) et Nanterre (+6%) se distinguent particulièrement. A l’inverse, Palaiseau (+0,4%), Versailles (+0,6%) ainsi qu’Enghien et Meaux (+1,6%) progressent faiblement.

Tendance plus disparate en province

Hors Ile-de-France, les métropoles suivies par le baromètre se montrent également plus accueillantes envers les acheteurs mais la hausse du pouvoir d’achat n’est pas uniforme. Lille et Nancy (-0,5% sur un an) sont par exemple en baisse. La capacité d’achat dans la Ville aux portes d’or a particulièrement reculé entre le quatrième trimestre 2012 et les trois premiers mois de 2013 (-2,5%), après avoir augmenté l’année dernière. Dans l’autre sens, Rouen (+2,5%), Lyon (+2,9%), Strasbourg (+3,5%) et surtout Marseille (+9,3%) connaissent des augmentations importantes du pouvoir d’achat immobilier sur les douze derniers mois.

La cité phocéenne reste cependant la ville de province la moins abordable pour les acheteurs : seuls 46% des ménages sont en capacité d’acquérir un logement en accord avec leurs besoins. Lille (51,7%) se situe également sous la moyenne constatée en région francilienne. Rennes (68,7%), Strasbourg (68,2%) et Nantes (64,8%) trustent le podium des métropoles qui présentent les meilleures capacités d’achat.

 

Sur le sujet de l’achat immobilier :

Les jeunes et les modestes de plus en plus exclus de l’accession à la propriété

VIDEO : les conseils des notaires pour réussir un achat à deux