Le prix des terrains et des maisons continue d’augmenter


Le prix des terrains à bâtir a progressé de 3,4% en 2014, pour se situer en moyenne à 76.600 euros selon les statistiques du ministère de l'Ecologie. Celui des projets de construction de maison individuelle (terrain + construction) augmente dans les mêmes proportions. Le coût du foncier pèse plus lourd dans les régions du Sud-Est et en Ile-de-France.  

Le prix des terrains à bâtir en hausse de 3,4% en 2014

Acheter un terrain pour y construire sa maison coûte toujours plus cher. Les prix du foncier ont en effet augmenté de 3,4% en 2014, à 76.600 euros en moyenne, d’après les données publiées par le ministère de l’Ecologie vendredi 16 octobre 2015.

Si cette hausse n’est pas supérieure à celle constatée en 2013 (+3,8%), il convient de noter que la surface des terrains à bâtir continue de diminuer, une constante depuis 2009. En 2014, la taille des terrains a ainsi reculé de 4%, se fixant à 969 mètres carrés contre 1.010 en 2013. Résultat, le prix du mètre carré de foncier a grimpé plus fortement, de 7,8% à 79 euros en moyenne sur un an. Une évolution qui atteste également de « la baisse des ventes dans les zones rurales au profit des aires urbaines », précise la publication gouvernementale.

Le recours aux énergies renouvelables devient majoritaire

Dans le même temps, le coût des maisons a pris 4%, à 159.400 euros pour une surface de plancher de 122 mètres carrés. Ce montant est cependant tiré vers le haut par les maisons d’architecte (5% des constructions), dont le prix de revient se fixe à 247.800 euros. Le coût d’un projet (terrain + maison) grimpe en définitive de 3,4% en moyenne, à 228.400 euros.

Les maisons sont donc plus chères mais également plus propres pour l’environnement. « Les dispositifs utilisant les énergies renouvelables (bois, pompe à chaleur) s’imposent comme le mode de chauffage le plus répandu dans la construction de maisons individuelles : ils sont présents seuls ou combinés entre eux dans 40% des projets en 2014 (+ 6 points par rapport à 2013), souligne le ministère. En ajoutant les cas où elles sont associées à un autre mode de chauffage, les énergies renouvelables sont présentes dans 55% des projets (+ 8 points par rapport à 2013). » L’option du « tout électrique », la moins onéreuse, n’a été retenue que dans 14% des projets, contre 20% en 2013, tandis que 11% des maisons construites en 2014 sont chauffées au gaz (+ 2 points par rapport à 2013).

Les régions où le foncier coûte le plus cher

Loin de la moyenne de 79 euros/m², le prix au mètre carré du foncier atteint des sommets dans plusieurs régions, en tête desquelles figure l’Ile-de-France, à 218 euros/m². Le podium est complété par les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (136 euros/m²) et Languedoc-Roussillon (127 euros/m²), qui devancent l’Alsace (118 euros/m²) et la région Rhône-Alpes (113 euros/m²). Dans toutes ces régions, à l’exception de l’Alsace, le foncier représente plus de 37% du coût du projet de construction, allant jusqu’à 47% en région PACA.

A l’opposé, le prix des terrains se fixe à seulement 20 euros/m² dans le Limousin, région la moins chère devant l’Auvergne et la Bourgogne (42 euros/m²) et la Basse-Normandie (47 euros/m²).