Les charges de copropriété ont baissé à Paris en 2014


Les charges supportées par les copropriétaires parisiens ont diminué de 7,4% en 2014 d'après les chiffres de la Fnaim Grand Paris. Elles atteignent en moyenne 2.074,80 euros pour un lot sur l'ensemble de l'année. La chute des dépenses de chauffage explique en grande partie cette tendance.  

Les charges des copropriétaires parisiens ont diminué en 2014

Les charges de copropriété sont orientées à la baisse mais il ne faudra peut-être pas s’y habituer. D’après les données présentées par la Fnaim du Grand Paris mercredi 23 septembre 2015, elles ont diminué de 7,4% dans la capitale en 2014. Une tendance cohérente avec le recul de 4,9% des charges en moyenne nationale observé par l’Association des responsables de copropriété (ARC). A Paris, le montant moyen des charges se fixe ainsi à 37,05 euros/m²/an et 2.074,80 euros par logement pour l’ensemble de l’année.

Météo clémente

La diminution des charges ne doit rien au hasard et beaucoup à la météo : les dépenses de chauffage collectif des copropriétaires parisiens ont ainsi plongé de 24,70% en 2014, à 368,50 euros en moyenne. « On a subi, ou bénéficié, de l’année la plus chaude du siècle, rappelle à ce titre le secrétaire général de la Fnaim Grand Paris, Pierre-Hervé Léturmy. Mais je pense qu’on a aussi une part de cette baisse qui est due aux efforts et travaux de rénovation des copropriétés. »

Le chauffage passe ainsi derrière les salaires des personnels de copropriété (400,80 euros, +4,6%) dans le classement des dépenses de copropriété. L’eau courante complète le podium (250,90 euros, +0,20%). Autre bonne nouvelle pour les copropriétaires parisiens, leurs dépenses en assurance et celles consacrées à l’entretien des ascenseurs ont significativement baissé elles aussi. En moyenne, ils ont payé 156,30 euros en assurances l’an passé (-17%) et 128,50 euros pour les ascenseurs (-14,7%).

Impôts et honoraires de syndic en hausse

En revanche, les impôts (taxe de balayage, taxe foncière sur les parties communes)* ont grimpé de 17% pour atteindre 52,08 euros par lot en moyenne. « La taxe de balayage a fait l’objet d’une augmentation considérable qui a été impactée sur les années 2013 et 2014 », précise Pierre-Hervé Léturmy à ce propos.

Autre dépense orientée à la hausse, les honoraires de syndic, qu’il s’agisse du forfait (174,70 euros, +6,5%) ou des prestations séparées (55,70 euros, +5,4%). Cause principale de l’augmentation des forfaits selon les professionnels, l’obligation de recourir à un compte bancaire séparé pour la gestion des finances de chaque copropriété. « Ce passage au compte particulier a généré des applications de contrats existants qui prévoyaient des honoraires différents suivant si l’immeuble fait l’objet d’un compte séparé ou non », indique le secrétaire général de la Fnaim Grand Paris. Autrement dit, de nombreux syndics ont anticipé l’entrée en vigueur de la disposition au 24 mars 2015.

Reste que les copropriétés de moins de 15 lots ne sont pas soumises à cette obligation issue de la loi Alur. Selon la Fnaim Grand Paris, les petites copropriétés auraient cependant opté pour le compte séparé malgré tout. Une affirmation qu’elle n’est pas en mesure d’appuyer statistiquement : « Il est difficile de sortir des chiffres qui nous permettent de dire que l’augmentation des honoraires concerne des immeubles de plus ou moins de 15 lots. » Dans tous les cas, la hausse des honoraires de syndic n’a pas fini d’agiter l’observatoire des charges de la Fnaim Grand Paris, puisque le bilan 2015 sera l’occasion de faire le point sur l’impact financier du nouveau contrat-type de syndic « tout sauf », entré en vigueur le 1er juillet dernier.

*Ce poste de dépenses n’inclut pas la taxe d’habitation ou la taxe foncière payée individuellement au titre du logement