Les copropriétaires sont plutôt heureux malgré les inconvénients


L'association de consommateurs CLCV et le salon de la copropriété publient une enquête d'opinion sur la vie en copropriété. Si certains inconvénients (charges, impayés) sont pointés du doigt, les trois quarts des copropriétaires interrogés affirment vouloir continuer à vivre dans ce cadre.  

La vie en copropriété plaît, malgré quelques inconvénients…

Un calvaire, la vie en copropriété ? Faux, affirme l’association de consommateurs CLCV. Selon une enquête menée en partenariat avec le salon de la copropriété* auprès de 1.646 personnes et diffusée jeudi 29 octobre 2015, les copropriétaires sont plutôt contents de ce mode d’habitation « souvent réduit à tort à la fameuse citation de Sartre : « L’enfer, c’est les autres » ». Deux personnes sur trois se déclarent ainsi globalement satisfaites et trois sur quatre souhaitent même continuer à vivre en copropriété.

Pouvoir décisionnel et sentiment de sécurité

Loin des clichés, les sondés voient donc plus d’un avantage à la copropriété. Sans surprise, ils apprécient largement (81%) la possibilité de participer aux prises de décisions et ne sont que 24% à penser qu’un investissement personnel dans celles-ci n’est pas nécessaire. « Un copropriétaire a très bien résumé la situation : « Même dans une copropriété, si on veut que ça fonctionne, il faut s’investir » », appuie l’étude.

Pour autant, tout n’est pas parfait. Le fait de devoir prendre des décisions collectives s’avère être un inconvénient pour 68% des personnes interrogées, la difficulté à obtenir un consensus étant particulièrement pointée du doigt par 72% des copropriétaires. La délégation de certaines prises de décision, au conseil syndical par exemple, n’est pas toujours bien vécue non plus, avec « seulement » 57% d’opinions positives. Dans le même ordre d’idée, « il arrive que des copropriétaires se plaignent de leurs conseillers syndicaux, lesquels oublient parfois qu’ils ne sont pas les « patrons » de la résidence et qu’ils ne peuvent en aucun cas se substituer à l’assemblée générale », souligne l’enquête.

Autre aspect positif mis en avant par les copropriétaires, le sentiment de sécurité. Plus de sept sondés sur dix saluent ainsi le contrôle d’accès à l’entrée de l’immeuble ou la présence d’un gardien. La proximité des voisins, qui contribue également à ce sentiment, est appréciée par 70% des interrogés, et « surtout par les personnes seules d’un certain âge ».

Les impayés des autres sont mal acceptés

A ce propos, le voisinage est généralement perçu comme un atout de la vie en copropriété : 62% des sondés affectionnent l’ambiance et les échanges et 65% l’entraide entre voisins. Toutefois, « les nuisances de proximité apparaissent largement comme rédhibitoires (79%) », plus encore que les relations difficiles avec certains voisins (56%).

Parmi les autres inconvénients, le coût élevé de certaines charges de copropriétés, déploré par 73% des personnes interrogées, figure en bonne place, devant les charges supplémentaires imprévues (64%) et le coût des équipements collectifs peu utilisés (59%). Enfin, les impayés des autres copropriétaires sont dénoncés par trois habitants sur quatre : même s’il n’existe pas de solidarité financière entre copropriétaires, les impayés conséquents peuvent perturber le bon fonctionnement de la collectivité et entraîner des appels de fonds supplémentaires. « Autrement dit, cela signifie que les copropriétaires qui s’acquittent de leurs charges payent également celles de leurs voisins défaillants, ce qui est très mal accepté, quand bien même seraient-ils remboursés ultérieurement », résume l’étude.

*Le salon de la copropriété 2015 se déroule les mercredi 4 et jeudi 5 novembre 2015 à Paris (Porte de Versailles).