Les Français sont-ils résignés à la crise du logement ?


De récentes enquêtes d'opinion dressent un constat pessimiste sur le moral des Français en matière d'immobilier. Entre les renoncements, passés et à venir, et des prix trop élevés qu'ils ne voient pas baisser, les inquiétudes sont fortes.

logement, crise, intentions, achat, prix

Que ce soit pour acheter ou pour louer, les Français ne débordent pas d’optimisme, loin de là. Le baromètre Ipsos pour le promoteur Nexity de septembre 2013 témoigne d’une angoisse persistante chez les particuliers en matière de logement. 83% des sondés jugent ainsi qu’il est difficile de trouver un logement, une tendance particulièrement affirmée chez les locataires et les habitants de la région parisienne.

Concrètement, cela se traduit par des projets avortés de plus en plus nombreux. 36% des personnes interrogées expliquent avoir renoncé à changer de logement, en hausse de 11% par rapport à janvier 2013. Sans surprise, le coût de l’immobilier est invoqué en premier lieu : parmi ceux qui ont dû repousser leur projet, 44% citent prioritairement les prix immobiliers ou les loyers trop élevés pour expliquer leur décision. Un pourcentage en hausse de 6 points depuis le début de l’année.

Hausses des prix et loyers attendues

Plus grave encore, les Français envisagent une détérioration de la situation en termes de prix. 66% des sondés pensent que le prix des logements neufs va augmenter durant les six prochains mois. Dans l’immobilier ancien, cette proportion descend à 47% mais excède celle des répondants qui tablent sur une baisse des prix.

Du côté de la location, le pessimisme est encore plus prononcé puisque 77% des personnes interrogées estiment que les loyers vont augmenter dans l’immobilier neuf et 61% dans l’ancien. A cet égard, le futur encadrement des loyers proposé par Cécile Duflot dans son projet de loi Alur sur le logement et l’urbanisme est attendu de pied ferme : près d’un Français sur deux (49%) juge en effet prioritaire de limiter la hausse des loyers.

Peu d’intentions d’achat, faute de moyens

Dans ce contexte, les intentions d’achat restent à plat et 91% des personnes sondées par l’indicateur du logement neuf Ipsos/Nexity affirment ne pas avoir de projet d’achat dans les 12 prochains mois (85% de « Certainement pas »). Parmi cette population, une personne sur deux affirme se satisfaire de ses conditions de logement actuelles. Mais pour l’autre, c’est d’abord le manque de moyens financiers qui l’enjoint à ne pas envisager d’achat (26% des sondés n’ayant pas de projet).

Ce manque de moyens reflète notamment une capacité d’épargne limitée. Si 34% des sondés expliquent pouvoir mettre de l’argent de côté, 42% déclarent que leurs revenus leur permettent juste de boucler leur budget. Pire encore, 23% vivent sur leurs économies ou à crédit. De quoi rendre encore un peu plus difficile l’accès à la propriété et l’achat immobilier.

 

A lire également

Immobilier : la construction et l’investissement au plus bas