Les gardiens d’immeubles HLM sur la sellette ?


Un décret de 2012 prévoit de mettre fin à la gratuité du logement de fonction des gardiens d'immeubles HLM à partir de septembre 2015 pour utilité de service. Les gardiens devront ainsi s'acquitter de 50% du loyer, une décision qui crée la polémique.  

Les gardiens d'immeubles HLM craignent de perdre leur logement de fonction

Fini les gardiens d’immeubles dans les HLM ? C’est la crainte de ces derniers et d’un certain nombre d’acteurs du logement. En cause, un décret du 9 mai 2012 qui prévoit de réserver la gratuité des logements de fonction aux personnels « ayant une obligation de disponibilité totale pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de responsabilité ».

Les gardiens d’immeuble sont pour leur part tenus à « un service d’astreinte » et devront s’acquitter, à compter du 1er septembre 2015, de 50% du loyer applicable à leur logement. Une charge financière supplémentaire jugée trop lourde par les intéressés : 200 d’entre eux ont manifesté mardi 5 mai sur l’esplanade des Invalides à Paris en guise de protestation.

« Forte disponibilité = logement de fonction »

Dans un communiqué publié le même jour, l’Union sociale de l’habitat (USH) dénonce la mesure qui « concerne potentiellement 2.500 gardiens ». Même constat pour l’association de consommateurs CLCV qui affirme que le décret « ne pourra avoir que des conséquences dommageables dans les immeubles sociaux concernés et entraînera, inexorablement, la disparition de cette profession ». CLCV regrette d’autant plus cette décision prise sous le gouvernement Fillon « alors même que les textes imposent la présence d’un gardien pour 100 logements et qu’une réflexion avait été mise en place, il y a quelques années, par le ministère, en vue de renforcer le rôle des gardiens dans les immeubles ».

Face à la colère des gardiens d’immeuble, la ministre de la Décentralisation et la Fonction publique Marylise Lebranchu a réagi en allant à leur rencontre mardi 5 mai lors de leur manifestation. Elle a également fait passer le message sur le réseau social Twitter, écrivant notamment « Forte disponibilité = logement de fonction ». Reste à savoir si cela suffira à rassurer les gardiens ou si le gouvernement ira plus loin sur la question en modifiant le décret du 9 mai 2012.

A lire également
Après un décès, un bail HLM peut être transféré à une fratrie
La Cour des comptes s’en prend à l’attribution des logements sociaux en Ile-de-France