Les loyers ont baissé de 1,5% en 2015

Partagez

Les loyers privés ont reculé de 1,5% sur la période janvier-mai 2015, selon l'observatoire Clameur. 15 des 20 plus grandes villes de France voient les prix à la location diminuer, dont Paris (-2%), Lyon (-2,8%) et Marseille (-7%). « La reprise d'activité du marché locatif privé se confirme », ajoute Clameur.

 
Les loyers sont en forte baisse en 2015

Les loyers baissent en 2015. Selon les données de l'observatoire Clameur, publiées lundi 1er juin 2015, les loyers privés de marché reculent de 1,5% en moyenne sur la période janvier-mai*. Clameur n'avait jamais observé une diminution aussi rapide à cette période de l'année. Les studios (-2,5%) et les deux pièces (-1,9%) sont les types de biens les plus impactés, en sachant qu'ils représentent plus de la moitié de l'offre locative.

Baisses plus importantes là où les loyers sont les plus chers

« Si on se limite aux 20 premières villes par le nombre des habitants, dans 75% d'entre elles les loyers baissent », ajoute l'observatoire dans son dossier de presse. Dans le détail, les loyers reculent le plus là où les prix à la location sont les plus élevés. La baisse la plus spectaculaire est constatée à Marseille, où le loyer moyen chute de 7% pour se fixer à 11,5 euros/m² à fin mai 2015. Lyon (12,8 euros/m²) et Lille (13,2 euros/m²) complètent ce podium : les prix à la location y diminuent respectivement de 2,8% et 2,3%. Les deux villes qui affichent les loyers les plus élevés, Paris et Nice, ne sont pas épargnées par cette tendance. Les loyers fléchissent de 2,3% à Nice (15,3 euros/m²) et de 2% dans la capitale, où les prix à la location sont sans commune mesure avec le reste du pays (24,8 euros/m²).

Si certaines grandes villes résistent mieux, à l'image de Toulouse (-0,3% à 12 euros/m²), aucune ne connaît de véritable hausse. Les loyers progressent ainsi de 0,2% seulement à Bordeaux (12,8 euros/m²) ainsi qu'à Nantes (12,6 euros/m²). L'augmentation la plus « forte » est constatée à Reims, où les prix à la location ont pris 0,9% (12,5 euros/m²).

Reprise confirmée, inquiétude à Paris

Si les locataires peuvent se réjouir de la baisse des loyers de marché, les bailleurs ont aussi des raisons de sourire. « Depuis le début de l'année 2015, la reprise d'activité du marché locatif se confirme », selon Clameur. Ainsi, la mobilité résidentielle des locataires, indicateur qui mesure la proportion de logements remis sur le marché, progresse pour atteindre 28,2% en moyenne nationale. « Elle retrouve un niveau comparable à celui qui se constatait habituellement en début d'année avant la grande dépression des années 2008-2009 », explique l'observatoire.

Quelques régions (Centre, Ile-de-France, Limousin, Rhône-Alpes) restent cependant à l'écart de cette tendance jusqu'ici. Surtout, Clameur s'inquiète du « risque d'une crise quantitative sévère de l'offre locative privée (...) dans des villes où les déséquilibres des marchés sont déjà prononcés (Lille ou Paris, notamment), du fait de l'insuffisance de la construction privée constatée depuis de nombreuses années ». A Paris justement, les notaires s'alarment de la fuite des investisseurs constatée dans l'immobilier ancien depuis près d'un an. Et l'encadrement des loyers, qui doit entrer en vigueur durant l'été 2015, ne risque pas de les faire revenir...

*Janvier-mai 2015 comparé à janvier-mai 2014


A lire également
Les loyers ont faiblement augmenté à Paris en 2014
Location : le contrat de bail type publié au Journal Officiel



 

Réseaux Sociaux