Les loyers vont pouvoir être abaissés de 0,01%


Les loyers devront être très faiblement revus à la baisse, l'indice de référence des loyers (IRL) publié par l'Insee le 14 janvier, diminuant de 0,01% au quatrième trimestre 2015. Les propriétaires doivent ainsi faire face à la double peine de la baisse généralisée des loyers en France et d'une absence de revalorisation.  

L'indice de référence des loyers (IRL) baisse au quatrième trimestre 2015 pour la première fois depuis 2009

C’est une mauvaise nouvelle pour les propriétaires, mais qui ne va pas non plus changer la vie des locataires. Les bailleurs ne pourront pas revoir à la hausse le loyer pratiqué, et devront même, si le bail le prévoit, le baisser de 0,01%. En cause, l’indice de référence des loyers (IRL) publié par l’Insee le 14 janvier 2016 qui diminue très légèrement de 0,01% au quatrième trimestre 2015 se fixant à 125,28. Pour rappel, l’IRL a un impact sur les baux en cours dans lesquels il est explicitement inscrit que cet indicateur est pris en compte dans l’évolution du montant du loyer. A noter que si aucune référence n’y est mentionnée, c’est le dernier indice publié à la date de signature du bail qui prévaut.

Cette faible évolution à la baisse s’explique par la méthode de calcul de l’IRL, calquée sur l’inflation : l’IRL « correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers », indique l’Insee. Or, l’inflation n’a cru que de 0,2% sur un an en 2015.

C’est la première baisse observée depuis le quatrième trimestre 2009, où l’IRL était descendu de 0,06%. Concrètement, un locataire qui paie actuellement son loyer 1.000 euros, versera désormais… 999,9 euros. Autant dire, pas de changement majeur. De leur côté, les propriétaires de logements vides ou meublés devront faire avec cette absence de revalorisation qui s’ajoute à une diminution des loyers enregistrée partout en France en 2015.

Par ailleurs, l’IRL du deuxième trimestre sert également de base à la revalorisation des aides personnalisées au logement (APL). Elles ont été augmentées de 0,08% au 1er octobre dernier.