Les petits appartements parisiens paient le prix de l’encadrement des loyers

Partagez

Le prix des petits appartements parisiens a reculé quasiment deux fois plus vite que celui des grands logements sur les deux dernières années, une conséquence de l'encadrement des loyers selon les professionnels.

L’encadrement des loyers parisiens pénalise les petits appartements 

Le marché immobilier est peut-être en train de muter à Paris. Les petits appartements (studios, deux pièces) plébiscités habituellement par les investisseurs attirent de moins en moins et se déprécient : le prix des petites surfaces parisiennes a ainsi cédé 5,6% sur les deux dernières années selon les données présentées par le portail Meilleursagents.com le 14 janvier 2016. Sur la même période, la valorisation des grands appartements n'a reculé que de 3%.

Autre signal d'un retournement de tendance, le site affirme que la demande pour les grandes surfaces, mesurée par le rapport entre les acheteurs et les vendeurs actifs, excède désormais celle des petits logements. Une analyse corroborée par les chiffres d'autres acteurs de l'immobilier, comme le réseau Century 21 qui a observé une baisse de 4,8% des acquisitions à titre de placement locatif dans la capitale en 2015.

« J'en ai marre, je jette l'éponge, je vends »

Sans surprise, les professionnels font un lien direct entre la baisse de popularité des petits appartements parisiens et l'encadrement des loyers qu'ils dénonçaient bien avant son entrée en vigueur au 1er août dernier. Le dispositif de bornage des prix à la location inciterait les bailleurs à mettre leurs biens en vente sur un marché peu demandeur, d'où la tendance à la baisse des prix. « On entend tous les jours des propriétaires de petites surfaces parisiennes qui nous disent : "J'en ai marre, je jette l'éponge, je vends." », explique ainsi le président de Meilleursagents.com Sébastien de Lafond. « La majoration de la taxe d'habitation des résidences secondaires, la taxe sur les logements vacants et l'encadrement des loyers ont pesé fortement sur le marché et découragé nombre de clients d'investir dans Paris », commentait pour sa part le président de Century 21 Laurent Vimont au cours d'une conférence de presse le 4 janvier.

Autre facteur à prendre en compte pour les bailleurs, les loyers sont orientés à la baisse dans la capitale, comme presque partout ailleurs. En outre, l'indice de référence des loyers (IRL), servant à revaloriser le prix de la location en cours de bail, est passé dans le rouge au quatrième trimestre 2015 (-0,01%).

Paradoxalement, si l'encadrement des loyers semble être le coupable tout désigné, il peine encore à s'imposer. Selon Meilleursagents.com, 29% des annonces de locations vides parisiennes passées par des professionnels ne respectaient pas les bornes du dispositif au 1er janvier 2016, contre 46% avant le 1er août 2015. Dans certains quartiers, comme Montmartre (XVIIIe) ou autour du Jardin des Plantes (Ve), la proportion de loyers hors-la-loi approche même les 70%.



 

Réseaux Sociaux