Les prix dans l’ancien reculent au premier semestre 2012 (Fnaim)

Par Thibault Fingonnet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Les prix de l’immobilier ancien restent stables au deuxième trimestre, en légère progression (+0,1%) par rapport au premier trimestre où ils avaient reculé selon la Fnaim. Ainsi, sur le premier semestre, ils chutent de 0,6%. Une baisse des prix de 5%, initialement envisagée par le syndicat des agents immobiliers, n’est plus d’actualité mais une baisse des prix sur l’année reste à l’ordre du jour.

fnaim, immobilier, ancien

Le marché de l’immobilier ancien s’est contracté au premier semestre 2012 d’après les données présentées par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim). Les prix s’inclinent de 0,6% sur cette période par rapport au second semestre 2011. Le repli n’a pas été alimenté par le deuxième trimestre 2012 cependant, qui a connu une certaine stabilité, avec une progression des prix limitée à 0,1%. « Le sursaut habituellement observé au deuxième trimestre n’a pas eu lieu cette année », note Jean-François Buet, actuel secrétaire général et futur président de la Fnaim. Le mouvement de stabilisation des prix entamé au quatrième trimestre 2011 (+0,0%) et poursuivi au premier trimestre (-0,6%) a donc continué au deuxième trimestre.

Ainsi, la tendance actuelle du marché de l’ancien pointe vers une baisse des prix, ce malgré un taux de croissance qui parvient à se maintenir en variation annuelle. Sur les douze derniers mois, comparé aux douze mois précédent, les prix augmentent de 5,1% sur l’ensemble du territoire, contre 7,3% à la fin de l’année 2011. En glissement semestriel, la Fnaim constate une hausse de 2,6% tandis que la variation enregistrée entre le deuxième trimestre 2012 et le deuxième trimestre 2011 est de 1,4%.

L’Ile-de-France ne fait plus exception

Une autre tendance intéressante est le ralentissement de l’inflation des prix en région parisienne. En effet, les prix tant en Ile-de-France qu’en province connaissent une certaine stabilité, malgré un rythme de croissance supérieur autour de la capitale. Ainsi pour le premier semestre 2012, les prix de l’ancien en Ile-de-France progressent très légèrement de 0,2% par rapport au semestre précédent, tandis qu’en province, ils chutent de 0,8%. Sur le deuxième trimestre, les prix en région parisienne progressent de 0,9%, contre un repli de 0,1% en province. Sur l’ensemble du territoire, la Fnaim note qu’aucun marché n’enregistre de hausse ou de baisse des prix supérieure à 3% en valeur absolue, à l’exception de la Bretagne et du Nord – Pas-de-Calais, signe d’une certaine stabilisation des prix qui « demeurent comparable à leur point haut atteint en 2007 » en province.

Une baisse des prix de 5% sur l’année n’est plus d’actualité

Conséquence de la stabilité des prix au deuxième trimestre, la Fnaim estime que « tout recul des prix supérieur à 5% pour 2012 peut être définitivement écarté », alors même que la fédération des agents immobiliers avait confirmé ce scénario au mois d’avril. Désormais, le syndicat des agents immobiliers table sur un recul des prix « pouvant aller jusqu’à 3,5% » au quatrième trimestre 2012, par rapport au dernier trimestre de 2011. Le décrochage des prix serait donc moins important que prévu, un phénomène expliqué par la Fnaim par l’attentisme généralisé du marché et notamment des vendeurs ainsi que par l’absence de hausse des taux d’intérêts « pourtant anticipée et attendue ».

En savoir plus

>> Century 21 enregistre une baisse des prix de 2,6% au premier semestre 2012

>> Le Crédit foncier anticipe un recul des prix de l’immobilier dans l’ancien de 5 et 10%

ARTICLES CONNEXES
Menu