Les prix de l’immobilier devraient baisser de 10% d’ici à 2013 selon l’OCDE

Partagez

immo, logement, construction, prix

Le rapport sur les perspectives économiques des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de mai 2012 estime que les prix de l'immobilier devraient reculer de 10% en nominal d'ici à 2013.

Les prix de l'immobilier devraient considérablement diminuer entre 2012 et 2013, selon le rapport sur les perspectives économiques des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) publié en mai. « Ayant amorcé un recul à partir de niveaux élevés et restant peu accessibles », selon l'organisme, les prix devraient baisser de 10% en nominal d'ici à 2013.

Malgré cette diminution annoncée, l'investissement résidentiel pourrait se contracter en raison de ces prix de départ élevés auxquels s'ajoutent « une combinaison de facteurs : diminution des aides publiques, resserrement des conditions de crédit, moindre accessibilité financière des logements et perspectives de revenus dégradés », précise l'OCDE. Ce rapport confirme l'ampleur de la crise du logement en France où, selon le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH) Thierry Repentin, « il manque quelque 900 000 logements ». Pendant la campagne présidentielle, le candidat Hollande avait ainsi promis la construction de 500.000 logements par an pendant son quinquennat.

Marché atone malgré la baisse des taux

Les perspectives négatives pour le marché de l'immobilier émises par l'OCDE, sur les volumes comme les prix en 2013, étayent les prévisions des acteurs du marché français. Ainsi, dans leur dernière note de conjoncture de mai 2012, les Notaires de France anticipaient une baisse des prix de 5 à 10% dans le logement ancien sur l'exercice 2012, dans l'hypothèse d'un scénario optimiste où « la législation sur l'encadrement des loyers n'est pas dissuasive pour les investisseurs ». Sur ce sujet, l'incertitude règne encore puisque la nouvelle ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé vouloir mettre en place un Observatoire des loyers avant d'éventuellement plafonner les prix au mètre carré. L'investissement résidentiel pourrait alors fortement diminuer dans l'éventualité d'une mise en place d'un encadrement des loyers.

Ainsi, malgré la baisse continue des taux de crédit immobilier, avec des « conditions très favorables », selon le courtier en ligne Credixia, les perspectives économiques négatives des Français et la difficulté rencontrée pour trouver un logement devraient provoquer un choc de demande et entraîner une baisse sensible des prix. Le rabotage du dispositif Scellier, appelé à disparaître à la fin de l'année 2012 ainsi que le durcissement des conditions du prêt à taux zéro plus (PTZ+) devraient également affaiblir la demande dans le secteur de la construction.



 

Réseaux Sociaux