Les prix de l’immobilier parisien restent orientés à la baisse


Selon le dernier baromètre du réseau Meilleursagents.com pour le mois de février, les prix reculent de nouveau légèrement sur la capitale, un mouvement qui touche plus significativement les appartements de trois pièces et plus.

paris, prix, immobilier, baisse

 

Les prix des appartements anciens ont continué de reculer à Paris au mois de février 2013 mais les acheteurs potentiels ne risquent pas de s’emballer pour autant. En effet, d’après le baromètre du réseau Meilleursagents.com, les prix de la pierre parisienne ont diminué de 0,8% en février, après un premier mouvement de recul observé en janvier (-0,3%).

Si l’on est loin d’une baisse significative ou même d’un effondrement des prix, notion rejetée par les professionnels et notamment la Fédération française du bâtiment (FFB), le baromètre souligne que « si les petites surfaces maintiennent leurs prix (-0,1%), les grandes surfaces (3 pièces et plus) voient leurs prix baisser de -1,5% en un mois et de -3% depuis le début de l’année ».

En banlieue parisienne, l’évolution des prix est plus difficile à suivre. Ainsi, les prix en Petite Couronne (+0%) et en Grande Couronne (+0,1%) restent stables, mais ces chiffres cachent des disparités importantes entre les départements. Ainsi, en première couronne, les prix sont orientés à la baisse dans le Val de Marne (-0,1%) et surtout dans les Hauts-de-Seine (-1,9%). A l’inverse, ils sont en hausse significative en Seine-Saint-Denis (+2,1%).

« Malgré un marché compliqué, ralenti et étroit, tout se vend en Ile-de-France à l’exception du très haut de gamme qui souffre d’une fiscalité jugée confiscatoire par les acheteurs étrangers », analyse Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents.com. « La stratégie de prix est le facteur clef qui conditionne toute vente. Avec un prix réaliste, les biens se vendent en quelques semaines, là où un prix trop élevé fait fuir les acheteurs », ajoute-t-il.

 

A lire également sur le sujet :

Immobilier francilien : les prix commencent à reculer dans un marché contracté
« Une annonce immobilière qui reste longtemps est synonyme de prix trop élevé », l’interview de Malik Benrejdal, président du réseau I@D